Avis sur

Boulevard de la mort par Omelette-aux-Blettes

Avatar Omelette-aux-Blettes
Critique publiée par le

C'est quand même injuste de voir des œuvres ayant une note moins forte que ce film, mais qui sont plus réussies et originales. Tout cela parce que Tarantino.

Le début peut nous interpeller, l'univers, les personnages et l'histoire s'installent... enfin non pas l'histoire, y'en a pas. On fait alors la rencontre d'un groupe de jeunes filles et en prend connaissance d'un bar où l'on voit la tête du réalisateur, je me demande encore ce qu'il foutait là. On nous présente aussi le héro cascadeur, charmeur, enfin bref le mec qui tue, celui qu'on a envie d'aimer. Un peu long à vrai dire mais on garde les yeux grands ouverts jusqu'à l’élément déclencheur qui donnera de l'intérêt au métrage.

Puis ce grand bonhomme s'avère être un véritable tueur, qui de plus conduit une grosse cylindrée et cela dans le désert. Voyez l'truc ? C'est la grande classe, un peu comme dans le film Duel.
C'est à partir de là que c'est intéressant, car après ces premiers et longs moments dans le bar, le gars fracasse la gueule d'une pouffiasse assise au siège passager contre les vitres de sécurité qui l'entourent (ouais car voiture de cascadeur oblige m'voyez) en freinant, en accélérant et en tournant comme un cinglé. Un mot : jouissif ! Et juste après il rejoint une voiture remplie de pétasses (qui étaient elles aussi au bar) et PAF j'te rentre d'dans et je t'arrache le visage à coup de pneu qui s'accélère sur ta peau tel un rouleau compresseur.

Là j'étais scotché sur mon canapé, au bout d'une demi-heure (ou plus?) la film commence enfin ! C'est bon, là on va s'éclater à mort, c'est officiel, ça va déchirer comme pas possible. Ça valait le coup d'attendre !

... ou pas. S'ensuit une autre scène où on nous présente encore et encore d'autres pétasses qui parlent de mecs et de sac à main dans de longues conversations interminables et inintéressantes les unes que les autres... rien qu'à écrire ce passage me donne envie de me coucher. Enfin voilà, on nous refile une scène des plus ennuyeuses. Jusqu'au moment où le gars va essayer de jouer avec elles en voiture (superbe scène au passage) à s'en pisser dessus. Ouais car une d'entre elles veut jouer la cascadeuse et se mettre sur le capot de la voiture sur une longue route désertique, mais monsieur le tueur va leur foutre une peur bleu comme on aime ! Et puis ? Cette bande de pouffiasse après s'en être sortie vont se venger (YEAH!). Et v'là le chasseur chassé !

Puis c'est la fin.
Presque deux heures, 2 HEURES de films pour seulement deux bonnes scènes, DEUX, DEUUUUX !!!! le reste ? Quoi le reste ? Y'a un reste ? Bah ouais comment ne pas s'en souvenir de cet ennui total, ces dialogues à la con insupportables. Quentin, là t'a pas été sympa tu vas au-delà de ce que l'humain peut supporter !
La première partie d'accord, disons que c'est la découverte du film, mais remettre une autre longue scène avec une autre bande de gonzesses juste non.

Bon notons quand même une bonne réalisation à l'ancienne avec une belle photographie tout au long de l’œuvre. Les scènes sont bien cadrés tout ça, l'atmosphère y est. Techniquement ça excelle, les scènes en voiture sont bien nerveux et superbement bien filmé. Le réalisateur inclue ainsi des références cinématographiques (car le film lui même est un hommage aux vieux films du genre) et des clin d’œils de ses autres long-métrages pour mieux satisfaire ses fans. L'acteur principal, Kurt, est très bon dans son rôle et dégage un charisme fou.

( Il y a un autre truc qui m'a plu, ayant vu le film en téléchargement, je suis tombé sur des bandes-annonces surement parodiques de films d'horreurs entre film de tennage/sexe et sang qui giclent toujours filmé à l'ancienne. C'est le moment où je me suis le plus marré. Mais je me demande si cela faisait vraiment parti du film... à vérifier. )

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 282 fois
2 apprécient

Omelette-aux-Blettes a ajouté ce film à 7 listes Boulevard de la mort

Autres actions de Omelette-aux-Blettes Boulevard de la mort