Affiche Boulevard du crépuscule

Critiques de Boulevard du crépuscule

Film de (1950)

Les feux de la rampe

Sunset Boulevard est un monde à part, un monde où les rêves se brisent aussitôt qu’ils se concrétisent, un monde d’apparences transposant l’usine à gloire fantasmée en Gouffre aux chimères enténébré. Au crépuscule d’un Hollywood jalousé, Billy Wilder calomnie la mécanique du star system, l’invective d’un cynisme débridé, dont la noirceur n’a d’égale que les... Lire la critique de Boulevard du crépuscule

90 15
Avatar blacktide
9
blacktide ·

Gloire passée, beauté fanée

Joe Gillis, un petit scribouillard d'Hollywood, ne parvient plus à vendre ses scripts. Endetté, il se retrouve poursuivit par des huissiers qui voient dans sa voiture une possible créance. Joe parvient à les semer sur Sunset Boulevard et s’abrite, suite à une crevaison, dans un garage qui semble abandonné. Se baladant aux abords de la vaste demeure, il va se faire héler par la propriétaire,... Lire la critique de Boulevard du crépuscule

35
Avatar Vincent_Ruozzi
9
Vincent_Ruozzi ·

Le mythe de la misonéiste des projecteurs

C'est presque cocasse de voir que, déjà dans les années cinquante, Hollywood contemplait son passé avec nostalgie. Avec cette histoire d'antique gloire du muet recluse, attirant dans sa toile un scénariste aigri chargé de réécrire un scénario de film à sa mesure, Billy Wilder réalise un film qui explore les tréfonds de l'industrie du cinéma américain. Avec tendresse certes, mais non sans un... Lire la critique de Boulevard du crépuscule

35 5
Avatar Hypérion
8
Hypérion ·

Le boulevard du temps qui passe

Dans le vieux parc solitaire et glacé Deux formes ont tout à l’heure passé. Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles Et l’on entend à peine leur parole. Dans le vieux parc solitaire et glacé Deux spectres ont évoqué le passé. « Te souvient-t-il de notre extase ancienne ? Pourquoi voulez-vous donc qu’il m’en souvienne. » - Verlaine - Dans l’immense palais baroque et dévasté, dans... Lire la critique de Boulevard du crépuscule

36 4
Avatar pphf
8
pphf ·

La Part des ténèbres

Les notes de musique crépitent et ondulent lentement avant d'envahir totalement l'espace, les crissements de pneus accouplés aux sirènes de police précèdent toujours la découverte d'un crime, une voix-off surgissant d'outre-tombe nous invite à suivre une histoire qui a tout du parfait polar. Du moins c'est ce que nous croyons mais la réalité sera tout autre, comme bien souvent au cinéma...... Lire la critique de Boulevard du crépuscule

48 8
Avatar Kalopani
9
Kalopani ·

La voix de l'oubli

Juste pour dire... Le conte macabre de Billy Wilder exerce sur moi une fascination quasi masturbatoire. Il me tend, il m'habite, j'en suis tout secoué rien que d'y penser. Et quand je le vois, Dieu du Ciel, je suis tout turgescent. Juste en fermant les yeux, parfois, il m'arrive de voir ceux, écarquillés, de la fanée Gloria Swanson. Son menton fier et, si je prête l'oreille, il n'est... Lire l'avis à propos de Boulevard du crépuscule

57 17
Avatar DjeeVanCleef
10
DjeeVanCleef ·

"Une femme pardonne tout, excepté qu'on ne veuille pas d'elle"

Joe Gillis, scénariste raté aux abois, atterrit chez Norma Desmond, alors qu'il est poursuivi par des créanciers. Lorsqu'il pénètre pour la première fois dans la demeure de celle-ci, il songe au manoir délabré de Miss Havisham, personnage excentrique et pathétique du roman de Charles Dickens. Une réflexion dont il ne sait pas encore à quel point elle va s'avérer juste. Norma Desmond est une... Lire l'avis à propos de Boulevard du crépuscule

50 5
Avatar palouka
10
palouka ·

Le sommet de son art

D'habitude, Hollywood n'est pas très tendre avec elle-même. Ca donne des films parfois drôle, souvent dramatique. Mais aucun n'atteint l'intensité dramatique, la violence, l'impressionnante qualité de cette merveille. De plus, Boulevard du Crépuscule a influencé des générations de cinéastes, de Scorsese aux frères Coen. Le drame de cette actrice, jadis star, désormais abandonnée de tous, recluse... Lire l'avis à propos de Boulevard du crépuscule

44
Avatar SanFelice
10
SanFelice ·

Le crépuscule Hollywoodien

C'est en 1950 que Billy Wilder met en scène Sunset Boulevard, nom tiré de la célèbre avenue de Los Angeles où l'on trouve les villas des stars hollywoodienne. Dès 1950, c'est pourtant un boulevard crépusculaire, symbolisé par d'anciennes stars d'un cinéma et d'une époque qui n'existent plus, que l'on a oublié avec le temps et l'entré dans le cinéma parlant. Le crépuscule d'Hollywood,... Lire la critique de Boulevard du crépuscule

57 11
Avatar Docteur_Jivago
10
Docteur_Jivago ·

Muse : your illusion.

Puisque le film noir est une production purement hollywoodienne, il semble logique, voire légitime, de le voir un jour prendre sa propre industrie pour sujet. Après s’être frotté au genre dans les règles de l’art avec Assurance sur la mort, Wilder s’inspire de ses propres observations, en tant que résident des grandes villas de Los Angeles, sur les... Lire l'avis à propos de Boulevard du crépuscule

31 3
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·