Advertisement

U Don't Have 2 Worry (2Pac)

Avis sur Boyz'n the Hood, la loi de la rue

Avatar Cyann Kairos De Ligre
Critique publiée par le

Encore un des ces nombreux films cultes qui après 20 ans se prennent un violent coup de vieux.
L'histoire, bien qu'assez prévisible avec ses multiples scénettes ou protagonistes archi vus et revus ailleurs, reste pourtant d'une belle constance dans le rythme et la passion du récit.
Bien que l'on devine sans peine le destin des personnages et les aléas du scénario, plusieurs passages intenses offrent une palette d'émotion non négligeable.
Moins simple qu'il n'y parait, le film installe une réflexion intemporelle sur les défavorises du système et l’accomplissement personnel, que ce soit dans le fait de devenir adulte et responsable, entretenir l'amitié et les sentiments, ou avoir la force de se dépasser et de faire abstraction d'un environnement peu favorable à l'épanouissement. Le tout à travers le quotidien d'une bande potes, coincés dans un de ces quartiers pourris dont la pauvreté gangrène un peu près tout.
Alors pourquoi un tel mépris d'esthétisme pour un scénario ambitieux et bien plus profond à ce quoi je m'attendais ?
Le problème vient plutôt d'une réalisation modeste dans sa technique: les possibilités de cadrage sont peu exploités pour magnifier le décor qui s’offre à nous, ainsi le quartier ou vivent nos héros ne donne jamais l'impression de palpiter grâce à un montage intelligent ou une recherche d'image inspirée.
La lumière est très peu exploitée et la photo reste sans relief.
Filmé platement, le récit perd donc beaucoup en force alors qu'il a tant à offrir.
Dommage, les acteurs sont tous très bon et pleinement investit dans leur rôle: ça souffre, ça vie, ça se détruit et ça crée, ça espère et rêve dans cette banlieue capricieuse.
La première partie avec les enfants est de loin bien plus créative et intéressante visuellement que la deuxième, on a même l'impression que 2 équipes différentes ont réalisé chacune une partie du film indépendamment de l'autre.
L'autre gros point noire concerne la musique, elle est absolument ignoble:
Entre une bande son larmoyante pour ascenseur ou série débile de sitcom et un accompagnement rap qui confine au minimum syndicale bien loin de l’ébullition des années 90, mes oreilles ont saignés abondement.
Pénible d'avoir une scène qui monte en intensité et se sentir floué par un son inadapté qui vient se poser d'une façon totalement inapproprié sur celle ci.
En résumé, un bon petit film qui ne transcende pas le genre mais qui se hisse toutefois au dessus de la mêlé en sachant émouvoir avec justesse.
Des défauts et des qualités également qui contrebalance le tout favorablement.
Et puis le plaisir de revoir tout ces acteurs qui ont investis Hollywood dans bien d'autres films après et qui sont devenus pour plusieurs de sacrées stars.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 451 fois
2 apprécient

Autres actions de Cyann Kairos De Ligre Boyz'n the Hood, la loi de la rue