José Padilha a mangé Fernando Mereilles

Avis sur Brazilian Western

Avatar Outbuster
Critique publiée par le

Comme son nom l’indique, Brazilian Western n’est pas un thriller danois. Ce n’est pas non plus une version tapioquisée d’Il était une fois dans l’ouest (il ne suffit pas d’un peu de soleil et de quelques flingues pour définir un genre). C’est bien plutôt un drame romantique dans un contexte social violent et mortifère, la rencontre entre Roméo et Juliette et Scarface, entre David et Jonathan et Mano Solo. Un drame par ailleurs lauréat de 7 récompenses, dont celle du meilleur film, aux grands prix du cinéma brésilien l’année dernière…Ce qui me suffit pour affirmer qu’il serait vraiment dommage que vous passiez à côté d’une telle œuvre atypique se situant à la croisée des cinémas contemplatifs de Walter Salles (Avril brisé) ou plus explosifs de Fernando Mereilles (La cité de Dieu) et José Padilha (Troupe d’élite) . Si pour vous, comme pour moi avant de voir ce film, le 7ième art brésilien tournait ainsi et exclusivement autour de ces références, je vous encourage vivement à découvrir ce Faroeste Caboclo (titre original du film et de la chanson populaire qui l’a inspirée), vous y apprendrez notamment qu’il n’y a pas que des Favelas sordides et des plages paradisiaques au Brésil.

Pourquoi regarder : parce que c’est peut-être le premier et dernier film vraiment brésilien de René Sampaio (avant qu’il ne tente l’aventure hollywoodienne, comme tous ces prédécesseurs cités ci-dessus).

Pourquoi ne pas regarder : parce que c’est un premier film donc comportant quelques scories superfétatoires dans la mise en scène (notamment des plans virtuoses mais inutiles). N’est-ce pas le propre des Outsiders d’en faire un peu trop pour se faire remarquer ?

outbuster
Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 503 fois
6 apprécient

Outbuster a ajouté ce film à 3 listes Brazilian Western

Autres actions de Outbuster Brazilian Western