Advertisement

Tout le problème est là...

Avis sur Breakfast Club

Avatar Eddy Baker
Critique publiée par le

... et ce, depuis années.

Ce film va bien au delà du Teen Movie. On a affaire selon moi à la représentation de tout ce qui ne va pas dans nos sociétés occidentales.

On démarre sur quelque chose d'assez basique de nos jours, plusieurs individus différents en apparence qui vont se trouver des points communs. Mais plus le film avance, plus ça devient intéressant.
On nous expose un système qui ne convient à personne. Ni au premier de la classe, ni à la fille populaire, ni à l'athlète respecté. Un système imposé dont personne ne veut en apparence mais où tout le monde doit se plier pour avoir un semblant de vie. Et j'ai bien dis "semblant" de vie, car pour ce qui est de l'enseignant ou du concierge, aucun des deux n'est satisfait de sa place actuelle, et pourtant l'un a "réussi", l'autre non.
Les personnages cherchent un moyen de survivre ou de se venger inconsciemment de ce que la vie leur a imposée. L'enseignant est cruel, le concierge écoute au porte, l'athlète frappe les plus faibles, etc
Enfermé, cloîtré dans une culture du résultat imposé, le premier de la classe veut se suicider pour avoir rater un examen, la cas sociale préfère mentir pour attirer l'attention sur une fausse vie, car la sienne n'a aucun intérêt.
L'école enseigne la culture de l'individu et de la réussite, et non celle du groupe et de la coopération. Cette individualité entraîne ce préjugé comme quoi telle personne ne pourrait pas sympathiser avec telle autre. Une fois passer dans cet entonnoir infernal, ceux qui ont les meilleurs résultats deviennent l'enseignant qui ne sera intéressé que par la taille de sa maison et de sa voiture. Tandis que ceux au résultats plus bas, tenterons de se rebeller à leur manière, sans pour autant comprendre contre quoi... Tout ceci nous donne une société perdu, individuellement et même en symbiose, rien n'a de sens pour personne, mais la route est droite et il serait stupide de s'en détourner.

Tout dans ce film expose le plus grave problème à mon sens de nos jours, et cette oeuvre à 31 ans à l'heure à laquelle j'écris ces mots... Y serait peut être temps de réagir...

Parlons quand même de la mise en scène.
Le personnage de Bender m'a l'air très particulier. Au delà du fait qu'il anime entre autre le débat, tout indique quelque chose de plus artistique dans la place qu'il occupe.
Au début du film, la musique s'arrête quand il arrive. Il est le seul a ne pas être déposé en voiture, il ne prête pas attention au fait qu'il a failli se faire écraser. Il allume une cigarette avec son pied, il empêche l'enseignant de garder la porte ouverte, quand il est cloîtré quelque part, il n'en ai rien, il peut se mouvoir sans problème à travers le "système". Pour sortir de la salle et se déplacer à l'extérieur c'est lui le guide, et quand il s'agit d'y retourner il se jette seul dans la gueule du loup en épargnant les autres.
Rien ne l'atteint, il altère et peut se mouvoir à travers l'environnement, et le film se clos sur un homme qui lève un poing de victoire, lui, personne d'autre.
On a affaire ici à un prophète, un prophète qui repart en ayant accompli sa mission. Et ce, à l'inverse du début, pile au moment où la musique repart de plus belle...

En bref, ce film est marquant et totalement hors du temps.

A Idriss Aberkane, dont les mots ont cruellement besoin d'être entendu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 124 fois
1 apprécie

Eddy Baker a ajouté ce film à 3 listes Breakfast Club

Autres actions de Eddy Baker Breakfast Club