👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Il y a la possibilité de lire cette critique sans avoir vu le film.

La jeunesse est enfouie, presque oubliée, presque perdue, presque éteinte, mais elle est juste camouflée par des obligations. Obligation de bien faire, obligation de satisfaire une famille, obligation de sourire et de se soumettre à une vie qui ne nous plait plus.
L'innocence à atterrit, il est entré et l'a fait renaitre.

J'ai terminée ce film en me disant que je ne pouvais pas, ne pas écrire dessus, je ne sais pas pourquoi (ou peut-être que si) mais il m'a touché.

L'homme a vécu heureux dans sa jeunesse, avec son groupe de musique, dans son rêve d'ado, il a rencontré l'amour et l'a épousé. Maison, bébé, travail et rêve effacé. Sans même s'en rendre compte il s'était construit un monde dans lequel l'habitude le retenait en vie, une bulle qu'il voulais faire éclore mais qu'il s'interdisait de percer pour ne blesser personne et ne pas bousculer sa vie sûre et sécurisée. Heureusement ou malheureusement pour lui, une fille, une femme à en devenir entre par hasard dans sa vie. Belle, talentueuse, mature et innocente. Créature parfaite. L'entente était démise, la frénésie au rendez-vous et le désir de plus en plus fort. Un désir qui appelait à la liberté, un désir égoïste mais nécessaire pour retrouver le bonheur qu'il avait tant oublié.
L'habitude rythmais sa vie, la lassitude était son compagnon de route.
Elle était là, ouverte et d'accord. Comprise et rassurée, elle pensait que ca allait marché, lui aussi mais la vraie vie les rattrapèrent.

Pour ces courts moments de paix, de bonheur qu'il a pu touché du bout des doigts. Pour les douces lèvres de la jeunesse perdue qu'il a pu gouter et pour l'espérance éphémère qui l'a achevé. L’homme est mort. Et c'est beau, mais couteux. Sacrifier une vie pour un bref instant d'innocence, un moment suspendu au temps comme s'il était inconscient. Comme si l’on avait le regard perdu dans le vague en s'imaginant une vie qu'on ne pourra jamais posséder. Le sifflement de la bouilloire nous sort de la rêverie pour nous renfermer dans la réalité.

C'est poétique et j'aime ca, c'est touchant. La jeunesse lui manque et lui rappelle qu'il n'aime pas la vie dans laquelle il vit. Il est prêt à tout abandonner pour vivre heureux même s'il ne pense pas aux conséquences. Il tombe amoureux de la liberté, du talent et de la beauté qui l'a surpris. Il ne pense pas, il ne pense plus au confort qu'il avait, qui était sûr pour lui et sa famille. Il ne pense qu'à lui et à ce qui pourrait le sauver. Mais la bouilloire siffle et le rêve est terminé.

Il aurait aimé que ce rêve l'emmène loin du sérieux et des responsabilités. Il aurait aimé cajoler ce rêve pour ne jamais le perdre.
Il aurait aimé ce rêve, cette vie.
A vouloir s'enfuir, le voilà prisonnier.

Astrochai2
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Films vus en 2020

il y a 2 ans

1 j'aime

Breathe In
Hugo_Grellié
6
Breathe In

Un film banal, une fin mémorable

Une famille américaine composée d'un couple et de leur fille accueille une étudiante anglaise dans le cadre d'un programme d'échange. Une romance naît entre elle et le père de famille. Œuvre de Drake...

Lire la critique

il y a 7 ans

24 j'aime

Breathe In
JanSeddon
6
Breathe In

Critique de Breathe In par JanSeddon

Avec ce film de Drake Doremus, on reste encore dans le prévisible et dans le classicisme le plus total. Néanmoins, il s’agit là d’un classicisme impeccablement construit et assez efficace. La trame...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

Breathe In
BrunePlatine
7
Breathe In

Critique de Breathe In par Brune Platine

Avec pour toile de fond la musique classique et sa pratique passionnée - piano, violencelle - on pouvait s'attendre à de l'élégance et à de la délicatesse dans le traitement des sentiments. Cela ne...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

Le Kid
Astrochai2
9
Le Kid

Un classique justifié.

Chaplin est un as pour se libérer de l'emprise du temps, ses œuvres sont une preuve que son talent reste intemporel. Passant du comique à des instants de sensibilité, The Kid est une charge...

Lire la critique

il y a 1 an

8 j'aime

7

Imitation Game
Astrochai2
9

Un simple avis sur un biopic hâtif.

Un jour j'ai lu un bouquin, La grande histoire des codes secrets de Laurent Joffrin et c'est là dedans que j'ai connu Alan Turing. J'ai vite été passionnée par cette histoire, c'est impressionnant...

Lire la critique

il y a 2 ans

5 j'aime

4

The Reader
Astrochai2
8
The Reader

Ne vaut pas le livre

Le film n'est pas mal, mais moins prenant que le livre. Dans le roman Hanna est catégorisée comme froide, infaillible et presque sans cœur malgré sa relation avec Michaël. Une différence que l'on...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

7