Un film interminable

Avis sur Brimstone

Avatar RemsGoonix
Critique publiée par le

Tout est dans le titre. J'ai trouvé Brimstone chiant et inutilement long. Une vraie déception à la vue des critiques positives et du bouche à oreille qui m'avait donné envie de le voir. Pour autant, quelques scènes maintiennent le film à flot, et ce alors que l'ennui a inondé chaque parcelle de mon bateau.

Le western est un genre indéfinissable et increvable. Le genre revient inlassablement et chaque star d'Hollywood s'y essaye volontiers. Guy Pearce, fidèle au western, porte son nom au casting à plusieurs étoiles. Si Brimstone est tout juste passable, la performance de la jeune Emilia Jones est remarquable, et ce, alors qu'elle confirmera plus tard dans Ghostland un talent certain. On ne peut que lui souhaiter une grande carrière, que l'on pouvait prêter il y a quelques années à la jeune Dakota Fanning devenue femme et un peu perdue de vue depuis.

Le sujet de la femme forte semble être de plus en plus d'actualité sans être novateur. Mort ou vif de Sam Raimi avait déjà présenté une femme forte dans le milieu du western tout comme The Homesman de Tommy Lee Jones. Il est important de le signaler car ce sujet est central au film et ne m'a guère enthousiasmé. Le côté chasse/proie est secondaire et écrasé par les choix de narration. Plutôt que d'enchaîner les situations dangereuses, le réalisateur préfère se focaliser sur trois grands moments soit les trois rencontres entre Pearce et Fanning.

La narration du film se fait en chapitres et en chronologie inverse. De quoi alourdir un ensemble déjà compliqué à avaler et à digérer. Le film a un gros trou d'air dès le chapitre 2 pour près d'une heure de film. Malgré quelques passages un peu tape à l’œil à la violence gratuite, l'ennui s'empare de nous jusqu'à l'apparition fantomatique de Kit Harrington.

Si les moments malsains sont légion, il n'y a aucune scène qui soit insupportable à regarder. Les plus atroces demeurent hors champ pour ne pas écrire que ça se passe dans notre imaginaire. Quand bien même, le réalisateur et Guy Pearce en font des tonnes pour nous vendre un méchant vraiment méchant. Il faut dire que le méchant est vraiment méchant. Un père pédophile, cinglé et tortionnaire qui ne craint pas la mort ça a de quoi faire flipper. Malheureusement pour eux, La Nuit du chasseur est passé par là plus de 60 ans avant, et l’inspiration est trop copiée collée (voire poussée à l'extrême) pour vraiment être terrifiante. Il manque à Brimstone un côté horrifique pour vraiment marquer et ce malgré des choix osés, où la morale est douteuse à l'image de cette gamine, de quelques années à peine, fouettée.

Voilà c'est beaucoup trop long à regarder alors que la jeune actrice excelle et crève l'écran. La musique est belle mais c'est soit du déjà vu soit ennuyant au possible. Je lui préfère sans conteste un Hostiles de bien meilleure facture et très différent vous en conviendrez.

5/10.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 192 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de RemsGoonix Brimstone