Love and hate... révérend!

Avis sur Brimstone

Avatar boomba
Critique publiée par le

Bien sur un hommage à la nuit du chasseur, un bel hommage!
Il y avait cette poupée de chiffon dans la première partie sur laquelle on insistait alors qu'elle n'avait pas de signification particulière dans le contexte du film... et puis un pasteur...Et cette image inoubliable du film de Laughton qu'on découvre à la fin : la chevelure de la noyée ondulant sous la surface de l'eau.
Non, Guy Pearce n'a pas le charisme halluciné de Mitchum à l'époque, et d'ailleurs, cela importe peu car le sujet principal me semble le portrait de cette vie de femme, destin épouvantable à tel point qu'on est soulagé d'arriver à la fin du film. Ah! Cela n'a jamais été facile d'être femme quelle que soient l'époque et l'endroit! On a vite oublié qu'il n'y a pas si longtemps que les femmes ont une âme, et encore! Pas dans tous les pays. Rien d'invraisemblable dans ce qui nous est conté mais rien ne sera épargné à Liz.
L'existence de cette pauvre fille est donc une tragédie abominable, les détails en sont plus affreux à mesure qu'on s'enfonce à reculons, les chapitres remontant le fil du récit. L'insoutenable est filmé avec une sobriété crue,(la scène où la petite fille abat un cochon est presque plus effrayante que la lente agonie de l'homme étranglé par son complice). L'horreur est un constat, c'est le quotidien de l'époque: admettre l'inévitable pour y faire face, c'est tout. Liz/Johanna fait ce qu'il faut, simplement, avec force et pudeur, sa beauté diaphane, son regard limpide illuminent et purifient l'impitoyable noirceur à laquelle elle cherche à échapper avec détermination, innocente et pure jusqu'au bout.
C'est un beau film que cette course à travers de splendides paysages, déserts arides et forêts enneigées de l'ouest, le décor d'un western, oui, mais à travers les yeux d'une femme.
Pourtant je ne lui attribuerai que 7, et je ne sais pas précisément pourquoi. J'ai le sentiment qu'il manque quelque chose. Le film me semble une œuvre complète, homogène, à la plastique irréprochable, la mise en scène colle parfaitement à l'ambiance, et pourtant, j'ai été émue mais pas transportée. Peut-être justement parce que c'est beau et jamais trivial ou répugnant. Cela aide à supporter l'insoutenable, mais à courir dans la boue, on finit par se salir. Tandis que même les porcs me semblaient propres...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 828 fois
6 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de boomba Brimstone