Etre un testicule humain m'emplit d'une noirceur charismatique

Avis sur Bronx

Avatar Michel_Vaillant
Critique publiée par le

Tout commence par Jacques Dutronc en pleine déglingue qui s'auto-John Wick. Mais en fait c'est la fin du film. Enfin pas vraiment la fin.

3 semaines plus tôt, c'est un film d'Olivier Marchal qui commence, donc très vite, il va y avoir des flics turbo virils en blousons de cuir qui chient des répliques badass et s'appellent par leur nom de famille. D'ailleurs même en couple on s'appelle par son nom de famille, parce qu'entendre "t'es qu'une merde Kapellian!" de la part de sa femme, ça fait réfléchir sur soi. Ca fait aussi réfléchir sur elle, parce que techniquement c'est aussi son nom. Alors je ne comprends plus.

Egalement, et c'est très important dans un film d'Olivier Marchal, de nombreuses clopes vont être fumées parce que les clopes ça conditionne à être un vrai mec qui a des couilles qui suintent. Que celui qui n'a jamais connu ce moment délicieux de relaxation qui permet de redevenir une burne sur pattes me jette la première pierre.

Dans un film d'Olivier Marchal, il y a de fortes chances qu'à un moment donné un type débarque et joue son Gérard Lanvin. Et bien dans Bronx, ce type c'est Gérard Lanvin.

Dans l'univers dystopique d'Olivier Marchal, la France des années 80, les gens qui mettent Marseille à feu et à sang sont corses et les autres méchants ont des yeux qui déconnent ou des rottweilers. Olivier a réussi à sortir les dealers marseillais de la caricature claquettes/chaussettes, maillot de l'OM et sacoche Lacoste dans la cité, ce qui aurait rendu les dialogues moins savoureux. Ses méchants, ils sont capables sans trembler du menton de sortir des phrases comme "à force de fréquenter les cadavres tu vas finir par te marier avec un cercueil". Lourd.
Sinon comme d'hab la police est corrompue jusqu'à l'os, on est globalement pas très heureux dans la vie et on dort jamais. Un jour y'a un mec qui s'est présenté à un casting d'Olivier Marchal de bonne humeur et qui s'est mis à distribuer des viennoiseries. L'avis de recherche circule encore.

On notera parmi les guest stars, au delà de Jacques Dutronc qui écoute du rap marseillais avec sa miss, que le frère de Yann Moix joue une poucave, comme par hasard. Quoi? C'est pas lui? Virgile Bramly? Mouais, en tout cas moi je les ai jamais vus ensemble dans la même pièce. Je crois aussi avoir reconnu un protagoniste de la bataille du duty free d'Orly, mais pas sur ils ont pas la même barbe.

Je vous laisse, faut que je passe chez 5 à sec chercher mon cuir, y'avait une tâche d'huile de moteur. Après ça je vais rentrer chez moi, éteindre toutes les lumières et me servir un whisky sans glaçons avec une énorme clope de bonhomme. La noirceur fiston.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2909 fois
91 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de Michel_Vaillant Bronx