Un Gens sans importance

Avis sur Budapest

Avatar Val_Cancun
Critique publiée par le

Mon 3 est sans doute un peu sévère, par rapport à d'autres comédies du même genre que j'ai pu noter 4, mais cette note vient sanctionner à la fois un scénario éculé (le fameux "Very bad trip"-like) et la promesse déçue engendrée par la présence au casting du binôme Manu Payet-Jonathan Cohen, deux comédiens au capital sympathie important, et qui ne parviennent pas à sauver "Budapest" de l'ennui.

C'est peut-être moi aussi qui ne parvient plus à m'intéresser à ce genre de récit calibré pour un public jeune, mais franchement, impossible de me sentir concerné par les mésaventures trop attendues de nos chefs d'entreprise en herbe.

On assiste comme prévu à une certaine apologie de la beauferie, avec un cocktail de fête, de filles et d'alcool. Le seul "délire" que je n'avais pas anticipé, ce sont les armes à feu!
Alors attention, je ne veux pas paraître trop condescendant, le trip sex, drugs & rock'n'roll peut avoir son charme évidemment, mais surtout en pratique en fait, parce que regarder les autres c'est surtout frustrant à vrai dire…

Finalement les gags foireux et autres fautes de goût sont assez rares dans le film de Xavier Gens, mais "Budapest" n'est pratiquement jamais drôle non plus (à quelques répliques marrantes près), et surtout propage une idéologie assez déplaisante.
Ainsi le libéralisme sauvage n'est jamais remis en question, si ce n'est par une remarque de l'attachante Alice Belaïdi, sans parler de l'image des femmes hongroises, clairement assimilées à des putes... De toute façon on ne verra pratiquement rien de la Hongrie, comme ces touristes beaufs qui ne sortent jamais de leur hôtel ou de leur club de vacances.

Anecdote assez éloquente : l'un des seuls magyars à bénéficier d'un rôle un tant soit peu développé est un taré consanguin, et il est joué par Arthur Benzaquen, également réalisateur… d'"Aladdin"!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 561 fois
9 apprécient

Autres actions de Val_Cancun Budapest