👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Exercice de Style au sommet...

(Ahah, see what I did there ?)

Au côté des coréens, les réalisateurs espagnols, de nationalité ou d'origine, semblent bien décidés à nous faire comprendre que le cinéma de genre peut encore, aujourd'hui, être fondamentalement renouvelé. En plaçant durant une heure un unique personnage dans un espace cloisonné (and that's an understatement), Rodrigo Cortès ajoute une immense pierre à l'édifice d'un style cinématographique souvent méprisé. Le résultat pourrait être extraordinaire, sauf que ...

Il faut être franc : vendre un long-métrage en huis-clos dans lequel Ryan Reynolds, enterré six pieds sous terre dans le désert Irakien, n'aura pour seul interlocuteur qu'un BlackBerry est tout sauf évident. Pour le grand public, ce genre d'annonce laisse facilement espérer frissons faciles et codifiés comme le vendent si bien les films d'exploitation du suspens réçent (de Saw aux Paranormal Activities). Pour les amateurs de ciné B, difficile d'être entièrement convaincu par un acteur principal cantonné aux comédies romantiques et un rôle sub-mineur dans l'infâme "X-Men Origins : Wolverine". Mais Rodrigo Cortès connait ses classiques, sait assumer ses influences, plus proches d'Hitchcock que de Schumacher (pour faire une comparaison facile et moyennement légitime avec "Phone Booth"). La gestion de l'espace, et les libertés parfois prises avec celui-ci; l'utilisation optimale de l'obscurité et des rares sources de lumières montrent un réel talent d'innovateur, une vaste réflexion sur les possibilités offertes par le média cinématographique. Je ne sais pas ce que sera son prochain film, mais je sais que je l'attends déjà.

Concernant l'autre élément phare du film : Ryan Reynolds assure. Vraiment. Les doutes sont vite balayés par une prestation juste, jamais caricaturale, qui atteint son point d'acme lors de brèves conversations téléphoniques que son personnage, Paul Conroy, parvient à obtenir avec sa mère, puis sa femme. Un peu lourdement écrites, ces scènes parviennent toutefois à tenir debout, soutenues à bout de bras par un acteur qui semble y croire vraiment, et parvient ainsi à nous convaincre à sa suite.

Parce que finalement, si ce film pèche quelque part, ce serait bien au niveau du script. Si Cortès fait des miracles avec ses moyens et le temps qui lui fut imparti (17 jours de tournage seulement), le scénariste Chris Sparling offre un travail inégal, dans lequel 1H10 d'écriture d'une intelligence rare se voit contrebalancée par quelques effets moyennement crédibles, servant juste à mettre en scène des séries d'événements dédiées uniquement à enfoncer le personnage un peu plus profondément dans la merde où il se trouve déjà. Surtout, Sparling parvient à foirer un peu tristement l'élément qui aurait pu transformer ce film en instant cult classique : une fin qui tape. Le problème est compris, et le scénariste tente de nous la jouer à la Saw, mais échoue, de peu (la dernière image restant, à mon avis violemment poignante).

TL;DR : Travail de réalisation top notch, grande prestation de Reynolds, et fin en deça des attentes causées par un ensemble exceptionnellement intéressant.
Warden
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste F.Y.L.

il y a 11 ans

2 commentaires

Buried
LeBlogDuCinéma
10
Buried

Critique de Buried par Le Blog Du Cinéma

Question : quels sont les points communs entre Cube, Saw, Devil, Frozen et Exam ? Ce sont tous des films à petit budget, dont le titre tient en un seul mot, et qui tournent autour du même concept :...

Lire la critique

il y a 11 ans

42 j'aime

4

Buried
Sergent_Pepper
6
Buried

Big cheat under

Le huis clos, c’est connu, est un bon générateur d’angoisse. Désireux de pousser à l’extrême les craintes et la claustrophobie du spectateur, Rodrigo Cortés imagine donc la situation la plus...

Lire la critique

il y a 5 ans

41 j'aime

5

Buried
LegendMaker
2
Buried

Dumbass is Buried (Titre complet)

Je ne vais pas m'étendre sur ce que beaucoup ont déjà observé dans leurs critiques : bonne idée, aurait mieux marché en court/moyen métrage, la scène du serpent WTF etc. Non, je vais m'étendre sur...

Lire la critique

il y a 11 ans

39 j'aime

5

Prometheus
Warden
8
Prometheus

Prometheus: unique et défectueux

Légers spoilers à venir: Prometheus est un film défectueux, souffrant d'un script qui, après un début solide, part en freestlye durant une partie de son troisième acte. Ces erreurs, trop notables...

Lire la critique

il y a 10 ans

27 j'aime

4

Ink
Warden
7
Ink

Dreams within Nightmares

Sérieusement, ce qui se fait de plus intéressant, de plus innovant, de plus ambitieux dans le cinéma américain aujourd'hui se trouve dans les productions indépendantes Ink, c'est un de ces Ovnis...

Lire la critique

il y a 11 ans

12 j'aime

1

Killing Bono
Warden
4
Killing Bono

Almost Famous in Dublin

Note aux scénaristes. Si vous décidez de faire une comédie dramatique dans laquelle le public doit s'attacher au personnage principal, tâchez de faire en sorte que ledit personnage ne soit pas un...

Lire la critique

il y a 11 ans

10 j'aime