Analyse d'un des films que j'attendais le plus

Avis sur Ça

Avatar CharleneJean
Critique publiée par le

Première partie

Tout d’abord je vais mettre les choses au clair tout de suite, mon opinion est sincère et elle me coûte énormément, j’attendais beaucoup de ce film depuis tant de mois, oui j’ai été déçus, mais non le film n’est pas mauvais, mais laissez-moi vous expliquer :
J’insiste bien sur les deux termes suivants, on nous a annoncé le film comme une relecture du roman, et non comme une adaptation, deux choses qui sont totalement différentes et qui influent sur mon opinion. Puisqu’une relecture est censée suivre le livre peut être pas dans l’exactitude, alors qu’une adaptation est de livre quelques grandes lignes du livre tout en mettant l’histoire à sa sauce. Par exemple « CA » est un clown, un alien, une entité, qui se nourrit de la peur des enfants, et on invente n’importe quelle peur pour le justifier.
Le film commence bien, nous pouvons voir un ballon qui s’envole, au niveau de l’introduction (logo producteur), puis vient le mauvais temps, la pluie, l’orage, le piano, la mère de Bill et de Georgie joue un rythme enivrant.
Les enfants s’ennuient, quoi de mieux que d’aller dehors faire naviguer un bateau en papier dans les caniveaux et de le voir défier la pluie et ses ondées ? Ils auraient pu y aller tous les deux, mais Bill est Malade, Georgie vêtu de son imperméable jaune et de ses bottes, court, à travers la tempête, pour rattraper ce cadeau précieux que lui a fait son frère. Mais celui-ci tombe dans la bouche d’égout, malheur. Comment Bill va-t-il réagir ? Autant vous dire que le Clown s’inquiète visiblement puisqu’il va l’inciter à le récupérer dans les égouts, et pourquoi ne pas faire connaissance avec Georgie afin de l’amener flotter en bas ?

Une des scènes mythiques respecter à la lettre, la scène que tout le monde attendait finalement.
Et pourquoi j’en viens à vous parler de cette scène tout particulièrement ? Parce qu’elle a créé chez moi une émotion assez impressionnante, que je n’avais pas ressentis lors du premier film en 1990 : J’ai été prise d’une grande tristesse, au point de presque en pleurer. Et je remercie au réalisateur de m’avoir fait ressentir ça, puisqu’on a toujours « blagué » de la mort de Georgie, on en a toujours fait des illustrations, des mises en situations etc. , alors que finalement ça reste une scène très glauque. Et à la différence des films actuels, il est impressionnant de voir la mort d’un enfant sur grand écran comme on peut le voir, puisqu’il faut l’avouer cela reste tout de même tabou, même de nos jours. Je n’en dirais pas plus, mais je pense que vous serez émus. Bon point pour ma part !

Le film sera essentiellement basé, sur la création de l’équipe des ratés, ce groupe d’amis formidables, prêts à tout, afin de vaincre le mal, prêts à tout pour s’aider dans toutes situations, prêts à tout pour résoudre le problème ancestral de Derry. Vous pourrez y trouver : Bill, Ben, Beverly, Richard, Stanley Mike & Eddie. Bande des ratés pourquoi ? Car sans cesse persécutés par la pire ordure qui puisse exister au collège, Henri Bowers, et parce qu’ils ont tous plus ou moins la particularité d’avoir une faille. Bill bègue énormément, Ben est obèse et nouveau dans la ville, Beverly est maltraité par son père et subit une terrible réputation, Richard est d’un lourd pas possible, Stanley est un angoissé chronique, Mike est noir et donc victime de racisme et Eddie est sous l’emprise d’une mère possessive maladive.
Derry, cette ville qui recentre tant de disparitions, tant de meurtres et de malheurs, qui renferme en son cœur, une bête ancestral, capable de prendre toutes les apparences possibles, et de jouer avec vos peurs les plus profondes. Cette créature qui ne se réveille que tous les 27 ans. Cette créature qui a été inventée par le maître de l’horreur Stephen King, qui écrira un livre composé d’énormément de pages puisqu’en deux tomes, l’histoire de l’enfance, et l’âge adulte.
Et justement, parlons un peu de ça, puisque je pense que j’attendais finalement, plus de ressemblance avec le roman, bien évidemment, je ne me faisais pas trop de bile, un film interdit au moins de 12 ans (si on voulait une adaptation réelle, je pense qu’il serait interdit au moins de 18 ans) je savais bien que je ne devais pas m’attendre à grandes surprises.
Alors, oui, j’ai sursauté, bien évidemment, le film est rempli de jumscare, et le problème c’est qu’on voit régulièrement, le clown en grande vitesse, un peu comme si on voulait l’expédier rapidement et c’est regrettable car il est extrêmement bien fait, le costume finalement ressort plutôt bien, son visage est extraordinaire, j’aime beaucoup les effets de baves etc, puisque rappelons le, il est à l’affut de chair et de sang. Enfaite, les bandes annonces et le marketing, l’ont tellement vendu comme une figure phare que l’on verrait tellement souvent dans de longues scènes… Et puis je ne comprends pas le but du réalisateur de vouloir le transformer en espèce de marionnette, qui se déboite, vraiment, j’ai l’impression de revivre conjuring 2 ou alors Annabelle 2, avec la transformation des démons (si vous voyez de quoi je veux parler).
Autre chose, qui m’a tout de même interpellé, alors avant j’aimerais dire que les acteurs de l’équipe des ratés sont excellents et brillants je les présenterais plus bas, mais le film est trop infantilisé. Trop tourné dans l’humour, on a même rigolé à plusieurs reprises ! Ce n’est pas normal, bien sûr nous le savons tous, Richard, deviendra humoriste à l’âge adulte (il est d’ailleurs débilisé dans le film), mais je ne comprends pas que l’on puisse intégrer des scènes de rigolades dans des situations sérieuses, comme si on voulait finalement détendre l’atmosphère alors qu’on veut faire peur et angoisser le public ! C’est ridicule. Une sorte, de technique peut être pour attirer le plus de monde possible ? De ne pas choquer les gens ? de rester dans le critère des interdictions de cinéma. Mais donc, nous sortons totalement du but du livre.
Parlons aussi de date, nous sommes en 2017, oui, le langage est à mon avis totalement différent que de celui des années 70-80. J’ai été un peu interpellé des expressions, qui ne me semblent pas d’époques, il ne me semble pas qu’on employait certaines insultes, ces façons de parler… Je suis dubitative. Alors c’est bien ça fait rigoler, mais, encore une fois on perd l’ambiance sinistre du livre.
Je m’attendais à voir l’oiseau de feu étant donné les moyens technologiques de nos jours, et non remplacé par une scène inventée et non tirée du livre, comme je m’attendais à en savoir plus sur la tortue qui rappelons-le avait été négligée dans le téléfilm. A voir si la partie 2 qui sortira en 2018, la prendra en compte, car il s’agit d’un élément, très important du livre encore une fois, et réaliser une relecture, sans le préciser est pour moi totalement inutile, dans ce cas-là, nous ne sommes face qu’à un simple remake du téléfilm puisqu’ils font la même chose. Mais encore une fois je ne m’avance pas trop sur ce sujet car j’ai encore l’espoir étant donné toutes les allusions qui ont été faite dans cette première partie.
J’aimerais parler de la voix française de Pennywise (Antoine Schoumsky humoriste français), que je trouve trop légère, pas assez perverse puisque, un être qui se nourrit de la peur des autres doit laisser inspirer la crainte dans sa voix. Effectivement, il fait jeune contrairement au clown du téléfilm, mais beaucoup trop légère, trop douce. Par contre, j’apprécie grandement, le rire macabre et déluré, qu’il peut avoir à plusieurs reprises. J’adore ses expressions du visage. Enfaite, je l’ai trouvé beau et attirant et sexy alors que dans le livre il s ‘agit d’un être répugnant et puant.
La fin, a été je trouve bâclée, je n’en dirais pas plus afin de ne pas donner d’indications supplémentaires. Mais en même temps c’était compliqué de rebondir :
- Soit le film a été tourné de manière de ne parler que de l’enfance, de peur que ça ne fonctionne pas donc, de ne pas présager forcément une suite.
- Soit l’histoire est de garder le suspense jusqu’au bout et c’est dommage finalement, parce qu’une personne qui n’a jamais lu le livre, qui n’a jamais vus le téléfilm de 1990, va se dire : Oh bah un film qui parle des clowns, ok ! Ni plus ni moins. Ça tombera par la suite dans les oubliettes.
Alors que souvenez-vous le téléfilm, tout commence ils sont adultes et retombent en enfance dans des souvenirs. Mais au moins, ça nous aurait laissé présager la suite, soit <<ça, il est revenu>> c’est assez regrettable, et un peu comme souligné plus haut, le clown est vite expédié, ce n’est pas assez recherché. J’aurais aimé une fin qui tienne en haleine. Beaucoup plus poussée.
Par contre les décors, je ne peux pas le nier, sont superbes. Et le temple mortuaire est à couper le souffle. D’ailleurs en parlant de décors, avez-vous remarquez le clin d’œil envers Pennywise de 90 ? A un moment donné, on a l’occasion de voir une poupée lui ressemblant c’est top !
Ne voyez pas ma critique comme une critique négative, mais plus comme un questionnement et une déception de fan de longue haleine. Peut-être que j’en ai trop attendus aussi c’est vrai. Tout de manière je ne me fais pas de soucis, je sais bien que je le verrais une deuxième fois pour me faire une seconde idée.
Ma critique n’est pas mauvaise dans le sens, où j’ai encore espoir que dans le deuxième film, les choses soient plus aboutis. J’ai confiance, juste je pense, qu’il serait nécessaire d’être moins regardant pour les restrictions d’âges et de faire un film plus osé.
Ah oui et une chose vraiment grandiose c’est la bande son ! Si d’ailleurs quelqu’un peut me dire le nom du morceau utilisé lors de la bataille de cailloux ça m’intéresse n’hésitez pas.
Sinon, parlons un peu du côté technique, casting, tout d’abord j’aimerais vous présenter André Muschietti il s’agit d’un réalisateur d’origine Argentine né en 1973, connu pour avoir réalisé Mama en 2013 qui est très bon au passage. Je suis tout de même fière et je ne suis pas de mauvaise foi, il a tout de même fait du très bon travail pour CA seulement mal exploité et simplement son deuxième long métrage qu’il réussit avec brio.

Au niveau du casting, nous pourrons retrouver :
Bill Skarsgard est un acteur suédois né le 9 août 1990. Dans le rôle de <>. Il assure d’ailleurs ce rôle avec brio, il est vraiment excellent c’est pour ça que ça m’agace qu’il soit autant utilisé dans des scènes écourtées. Bill est le fils de Stellan Skarsgard. Vous pourrez le retrouver dans les quelques films suivants : <>, <>, <>…

Jaeden Lieberher est un acteur américain né le 4 janvier 2003 à Philadelphie. Il est d’ailleurs excellent dans le rôle de <>, vous pourrez le retrouver dans les films suivants ! « midnight spécial », « comment séduire une amie »…

Jeremy Ray Taylor que l’on peut retrouver dans les films suivants « alvin et les chipmunks », puis prochainement dans « geostorm » , il est très émouvant.

Sophia Lillis dans le rôle de <> que l’on peut retrouver dans « The lipstick Stain », « 37 »… qui nous démontre une sureté d’elle impressionnante ( étonnant d’ailleurs, puisqu’il me semble qu’enfant elle est plus faible dans le livre )

Finn Wolfhard dans le rôle de <> est un acteur canadien né le 23 décembre 2002. Il est essentiellement connu pour son rôle dans la série <>.

Chosen Jacobs dans le rôle de <> est un acteur américain, né le 3 juillet 2001 à Springfield. Sa carrière n’est pas très variée, on le trouve à la télévision dans la série Hawai 5 :0

Wyatt Olef dans le rôle de <> nous pouvons le retrouver dans <>…

Jack Dylan Grazer dans le rôle de <> que l’on pourra retrouver dans le film <> est une série télévisée.

Jackson Robert Scott dans le rôle de <>

A l’heure actuelle, il faut savoir que le film explose le box-office mondial. Pas étonnant toute la génération 80-90 attendait avec impatience. D’ailleurs petite anecdote quel plaisir de voir une avant-première sans bruits et dans de bonnes conditions.
Concernant le costume de Grippe-sou c’est très bien étudié, puisque finalement l’entité existe depuis je ne sais combien d’années, d’où son habit un peu médiéval et pour cause nous pouvons remercier la costumière Janie Bryant. Mais le problème est une nouvelle foisde lui avoir donné un côté enfantin, alors que finalement, grippe-sou n’attaque pas que les petits enfants appâtés par les jolis clowns de cirques.

Au niveau de la musique du film nous pouvons remercier Benjamin Wallfisch et un grand bravo ! Puisqu’elle est excellente.

Sur cette critique, je vous souhaite une très bonne journée
Et j’espère que vous aurez aimé le film !

Clownement votre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 207 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de CharleneJean Ça