L'audace flotte en bas.

Avis sur Ça

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Je considère Ça comme une des plus grandes réussites de Stephen King, deux livres que j'ai beaucoup lu dans ma jeunesse. J'avais découvert au départ cette œuvre via le téléfilm (en deux parties) diffusé en 1993 sur M6, à mes 13 ans, et qui a été multi-rediffusé à cette époque.
Donc, autant dire que le souvenir est encore très fort, Grippe-sou incarné par Tim Curry, la bande des ratés, les peurs de l'enfance représentées par ce clown....
J'étais d'ailleurs étonné qu'il n'y ait pas eu de film sur le roman, et c'est chose faite, après pas mal de péripéties (Cary Fukunaga s'étant fait éjecter du poste de réalisateur, changement de studio...), et ce premier volet adapte la quasi-intégralité du premier livre, sans les personnages devenus adultes.

Au final, que dire ? Que le film est cette fois plus proche du roman, car le téléfilm était lui plus léger sur les thèmes sensibles, voire les supprimait, avec le traumatisme de Bill qui a perdu son petit frère Georgie, tué par Grippe-sou, la jeune Beverly dont on peut penser qu'elle a été victime d'attouchements de la part de son père, et les autres, Ben et Richie victimes des brimades d'Harry et sa bande et ainsi de suite...
Le plus gros changement est sans doute l'époque qui ne se déroule plus cette fois dans les années 50, mais dans les années 80 ; on aurait pu craindre les références lourdingues à cette décennie, mais elles sont au fond assez subtiles, y compris un clin d’œil à Breakfast Club ; de ce point de vue-là, ça n'est pas Stranger Things !
La plus grande qualité du film est dans le groupe des ratés, où les sept jeunes acteurs sont tous très justes, même si on peut tiquer sur le fait de sexualiser Beverly. D'ailleurs, cette dernière est une étonnante sosie d'Amy Adams. On sent la connivence entre les personnages, qui sont tous unis à la fois contre les menaces de Grippe-sou et de Harry. C'est ce qui est le plus réussi, avec l'introduction du film, où Georgie rencontre le clown dans une bouche d'égout.
Le film se veut également assez cru sur le langage, et reste plus dans la suggestion que sur le gore.

Après, je dirais que Ça est un film d'horreur de son époque, à savoir que c'est quand même LOURDEMENT démonstratif. Comment avoir peur quand la musique s'arrête soudainement, laisse place au silence pour un Boum qui fait exploser les tympans ?! Comment craindre quelque chose quand on se croirait dans un grand huit de l'horreur, notamment la dernière partie dans les égouts où c'est clairement trop dans l'étalage des horreurs ? Ou des visages qui apparaissent dans des endroits sombres ? Ou des maisons qui n'ont jamais d'électricité ou que les fenêtres soient TOUJOURS fermées y compris quand il fait beau ?
Ça me fait penser à l'audiodescription présente dans les blu-ray qui est très utile pour les personnes malvoyantes, et c'est ça dans le film de Muschietti, qui semble paraphraser tout ce qu'on voit à l'écran. Y compris une scène qui aurait pu être réussie et qui est celle des diapositives.

J'ai toujours l'impression qu'on prend le spectateur pour un crétin de cette manière-là.
Quand à Grippe-sou, joué par Bill Skarsgaard, si son travail sur sa voix est intéressant, je le trouve d'emblée trop menaçant, jouant avec l'idée qu'on peut se faire d'un clown méchant. De ce point de vue-là, je trouvais que Tim Curry, dans le téléfilm de 1990, était bien plus réussi, car lui jouait un clown qu'on peut croire sympathique au départ.

Grosse déception donc pour un de mes livres de chevet, et du coup, j'ai une crainte pour le chapitre 2, qui présentera les personnages à l'âge adulte, et dont on sait qu'il y aura Jessica Chastain et James McAvoy.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 168 fois
4 apprécient

Autres actions de Boubakar Ça