👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Avec un titre si banal, ne vous attendez pas de ma part à de la profondeur.
Car c'est bien la première fois qu'un film, de ce bon vieux Woody, ne m'emporte pas dans un monde qui ressemble à s'y méprendre à ma propre psyché. A t-elle point que mon ex. m'a dit à la vision d'un de ces films, qu'il me ressemblait particulièrement dans sa façon d'être, si l'on puis dire; vraiment pas un compliment selon le nouveau régime au pouvoir (le point Godwin me chatouille...).

Je crois avoir trouvé le cailloux dans l'engrenage: c'est l'accumulation du pastiche de situation à la Woody Allen (pourtant assez peu marqué cette fois), doublé du pastiche de cette société de New-York et d'Hollywood de l'entre deux guerres. Et il y a comme un voile pudique qui nous éloigne des personnages; cela peut-être à trop vouloir mettre en lumière ce coté tendre et humain face aux paillettes? Le style ne penche ni du coté du registre comique satirique qu'il affectionne, ni dans cynisme dramatique plus classique. Je suis certain que je n'aurai pas put découvrir qu'il en était l'auteur (je fais peut-être parti de ceux qui n'aiment aucun des ces films récents? Je vais m'y pencher...).
Pour continuer dans le négatif, je n'arrive pas être transporté dans ces paysages et décors; Certes reconstitués de façon honorable, mais on le voit bien, juste avec les moyens du bord. Le jeux des acteurs principaux sans être remarquable est bon (surtout en ce qui concerne Kristen Stewart, Jesse Eisenberg est pas mal non plus), mais on ressent du coté des figurants et des seconds rôles du laissé aller. Et pour chapeauter le tout, le scénario est d'une banalité affligeante, surtout de la part de Woody, maitre en la matière du "conte romancé dramatique". Dans un bonne comédie, le générique de fin se pose quand le propos laisse naturellement place à notre imagination; ici il se situe sur le haut de la rampe. De ce fait, mais on ne verra pas la chute.

Bref, un film qui laisse un goût amère, car peu inspiré tout simplement.

Moquetteer
5
Écrit par

il y a 1 an

Café Society
Alexandre_Bainé
7

Comédie qui pleure

Éternellement passionné par New-York et son métier, c'est tout naturellement que Woody Allen vient remettre les couverts en offrant un énième hommage à sa ville natale ainsi qu'à Hollywood. Vous...

Lire la critique

il y a 6 ans

43 j'aime

9

Café Society
Grard_Rocher
8

Critique de Café Society par Gérard_Rocher

La vie n'est pas très attrayante pour Bobby Dorfman dans le New York du début des années trente. Il est vrai qu'au sein de cette famille juive il paraît bien mal à l'aise entre des parents en...

Lire la critique

il y a 4 ans

40 j'aime

17

Café Society
Vincent_Ruozzi
5

Boring Society

Woody Allen est l’un des réalisateurs les plus prolifiques de ces dernières années avec une cadence d’un film par an depuis Annie Hall sorti en 1977. N’appréciant pas la compétition dans l’art,...

Lire la critique

il y a 5 ans

38 j'aime

1

Rivière sans retour
Moquetteer
7

L'Amérique sans détour.

J'ai vraiment hésité à regarder ce film... Je ne le connaissais pas en particulier et comme je n'avais pas vu beaucoup de films de la diva, je me suis lancé corp et âme. C'est un premier soulagement...

Lire la critique

il y a 5 mois

2 j'aime

Paranoia Agent
Moquetteer
6

Pas cette fois ci encore...

Plutôt heureux de découvrir cet anim original, qui brouille davantage les pistes à chaque épisode. Avec ses personnages plutôt réussis et qui s'adressent à un public adulte de part les situations...

Lire la critique

il y a 13 jours

2 j'aime

Dernier train pour Busan
Moquetteer
3

Les zombies pour les nuls.

On est en plein cœur d'un film de série B, la longueur en trop. Ah non pardon, le réalisateur Yeon Sang-Ho est Sud Coréen; donc c'est un film magnifique et surprenant. Avec plutôt un petit budget...

Lire la critique

il y a 12 jours

2 j'aime

2