L'épaule d'Elio

Avis sur Call Me by Your Name

Avatar MrOrange
Critique publiée par le

C'est pas mal, mais je suis un peu déçu. Le film est frais, lumineux, mais c'est normal, il a pour cadre la Lombardie, et il narre le premier été sensuel. Mais sinon, c'est un film dont la mise en scène ne magnifie pas le propos, pas ce qui est raconté, c'est assez peu inventif, et il y a quand même un problème assez majeur, à savoir l'absence d'osmose entre Chalamet et Hammer, alors que le film ne cesse de dire que la relation de leurs personnages est d'une rare complicité, d'une rare intensité. Mouais. Cela ne retire rien au jeu très juste de Chalamet, incontestablement une révélation, mais le film aurait gagné à développer sa relation avec Esther Garrel, que je découvre aussi, et que je trouve fabuleuse, et avec qui le jeune acteur semble à l'écran bien plus proche, bien plus complice, bien plus propice à développer une alchimie.
Le film se suit agréablement, mais je pense que le scénario d'Ivory méritait un autre cinéaste, qui aurait davantage réfléchi à la mise en scène, ce que n'a pas fait Guadagnino, plutôt non inspiré. Le dernier plan-générique du film, même s'il met en exergue le talent du jeune comédien, en est révélateur, trop long, trop démonstratif, et épuisant toute la portée symbolique qu'aurait pu avoir la scène précédente. Le film ne cesse de montrer ce qu'on ne devrait pas être censés voir (comme, par exemple, la scène où les deux parents — très bons eux aussi, en passant — se demandent si Elio ne devrait pas partir en séjour avec Oliver).
Mais je le répète, ce n'est pas désagréable du tout, et je suis peut-être un peu dur en condamnant la mise en scène. Mais je suis un peu frustré que le potentiel du scénario ne s'épanouisse pas pleinement à l'écran et il y a quand même un ton un peu timoré, même si, par moment, le film se lâche à peu plus et desserre la censure érotique de la relation. Je rajouterai qu'il ne suffit pas de montrer une abbaye de Thélèmes pour que le film se mette à penser ce qu'il montre, et ce que le scénario raconte. Mais, malgré tout cela, le film me reste plutôt sympathique, surtout parce qu'il est dénué de prétentions, au point de manquer peut-être d'ambition.

PS : Je me permets avec le titre un petit clin au chef d'oeuvre estival de Rohmer, qui montre lui aussi une relation qui transgresse certaines moeurs. Mais Le Genou de Claire est bien plus inventif, bien plus parfumé, bien plus charmant, bien plus fort. On vit à une époque où on se targue de déconstruire les cultures dominantes et dominatrices, mais on n'est pas capables de faire des films plus fous, plus déconstructeurs. Call Me by Your Name, qui souffre de la comparaison avec le film de Rohmer, en est l'exemple, même s'il est loin d'être dénué de qualités.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 438 fois
3 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de MrOrange Call Me by Your Name