👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

L’univers de la drogue est très fortement représenté au cinéma (enfin du moins quand on approfondi ses recherches), vous avez les comédies Américaines débiles mettant en scène des junkies (Puff, Puff, Pass / Up in Smoke / How High…), les comédies trash (Las Vegas Parano, Spun…), les films plus profond comme Requiem for a Dream (pour ne cité que le meilleur dans sa catégorie)… Candy dévoile une nouvelle facette de cet univers: avez vous déjà vu une romance sur la drogue?

Candy tire sa puissance des émotions profondes et vraies qu’il transcrit. Mené par un duo d’acteur excellent, le film est le miroir d’une année de vie de couple de junkie. Tout commence lors du premier fixe… S’en suis des mois d’extase commune mais aussi de galère quotidienne. Montré avec justesse, l’errance de ce couple est touchante, perdu dans le tourbillon de la drogue.

Candy prend le temps de la description, de la compréhension des sentiments afin de composer son histoire, l’histoire d’un amour, l’histoire d’un couple de junkie perdu dans l’extase de la drogue et rattrapé par le manque. Pour la première fois un film décrit de façon réaliste et sans artifice la beauté et la cruauté de la drogue. A la manière de “Nos Souvenirs Brulés” (avec Benicio del Torro) la vraie image de la drogue est ici montrée.

Rare sont les films où le manque est si justement et si ouvertement évoqué, face souvent cachée de la beauté et de la magnificence de la drogue. Entre extase et souffrance, l’histoire de ce couple si fragile est mise à nue. Manquant peut-être d’une photographie un peu plus travaillé, la réalisation surprend tout de même en offrant de nombreux plans intéressants. Là où le film aurait pu être noyé dans la masse des films sur la drogue, Candy se démarque en proposant des scènes d’extase, de défonce et d’osmose entre les différents personnage qui sont ici travaillées et qui revêtent toutes un sens plus profond; ceci donne au film une intensité rare et une crédibilité longtemps attendu.
GaylordG
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste No More Space In My head

il y a 9 ans

8 j'aime

2 commentaires

Candy
Gothic
8
Candy

"Hashish to hashish, dust to dust"

L'amour, c'est comme l'héroïne: c'est beau quand c'est pur. Tel aurait pu être le leitmotiv des deux protagonistes de "Candy". Un drame dur, une histoire d'amour entre Candy et Dan, qui vont...

Lire la critique

il y a 7 ans

53 j'aime

16

Candy
Sergent_Pepper
8
Candy

When you can stop, you don’t want to ; when you want, you can’t.

Candy s’ouvre sur une superbe séquence de manège, où la force centripète permet aux occupants de s’affranchir des lois de la gravité. Dans la première partie, « Heaven », de nombreux plans...

Lire la critique

il y a 7 ans

34 j'aime

7

Candy
Strangelove
9
Candy

♫ Au pays, de Candyyyy, comme dans tous les pays ♫

... On s'amuse, on pleure, on rit, il y a des méchants et des gentils ♫♫ https://www.youtube.com/watch?v=DDRXFtXN8zY Voilà, ça c'est la version bisounours. Passons à autre chose Il n'y a pas...

Lire la critique

il y a 7 ans

28 j'aime

28

Candy
GaylordG
7
Candy

Critique de Candy par Gaylord G

L’univers de la drogue est très fortement représenté au cinéma (enfin du moins quand on approfondi ses recherches), vous avez les comédies Américaines débiles mettant en scène des junkies (Puff,...

Lire la critique

il y a 9 ans

8 j'aime

2

Bad Boy Bubby
GaylordG
10

Critique de Bad Boy Bubby par Gaylord G

Bubby est isolé du monde extérieur depuis sa naissance. 35 ans, enfermé dans une cave avec pour seul compagnons sa mère qui le bas et le séquestre et son chat qu’il martyrise par simple distraction...

Lire la critique

il y a 9 ans

8 j'aime

1

Where the Buffalo Roam
GaylordG
9

Critique de Where the Buffalo Roam par Gaylord G

Véritable ancêtre de Las Vegas Parano, les deux films étant des récit biographique du Dr Hunter Thompson, c’est donc avec une certaine appréhension et une grande impatience que j’ai regardé ce film...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime