On the roof !

Avis sur Captain America : Civil War

Avatar HenriQuatre
Critique publiée par le

En ce début d’année 2016, l’humanité doute. Plus que jamais. Ces super-héros qu’on lui inflige, sont-ils vraiment les sauveurs tant espérés de la veuve et l’orphelin ou juste les vecteurs indirects de morts massives et accessoirement faiseurs de « méchants » de plus en plus surpuissants ? Dans Captain America Civil War (CACW), les états en ont assez et une loi est promulguée, obligeant tous les super-héros à rendre compte à l’ONU.

Là où Batman V Superman questionnait la légitimité de Superman via les yeux fatigués et balourds d’un Batman en fin de course et assommait avec ses dialogues de cour de récré, CACW prend le parti intelligent de placer tous ses super-héros face aux conséquences de leurs actions et les divise ainsi lentement mais sûrement en deux camps : la team Captain America qui refusera le contrôle en devenant hors-la-loi et la team Iron Man qui en acceptera les conditions.

Dès lors, le film déroule de manière impressionnante un scénario malin et très simpliste (on reste dans le pur divertissement) mais qui foisonne de personnages tous plus attachants les uns que les autres ; mention spéciale aux deux principaux nouveaux arrivants, Black Panther (incarné par le charismatique Chadwick Boseman, laissant augurer le meilleur pour le futur film centré sur son personnage) et Spiderman (!), ce dernier bénéficiant du charme juvénile de Tom Holland rappelant le côté gaffeur de Tobey Maguire de la première trilogie.

Soyons honnêtes, Marvel partait avec une longueur d’avance sur DC. Sauf pour ceux restés dans une caverne les quinze dernières années, on est en terrain connu. Les visages des acteurs nous sont maintenant familiers (Robert Downey Jr. en tête, dont le cachet doit maintenant engloutir une bonne partie du budget du film) et les super-héros qu’ils incarnent globalement connus, même du grand public.

Ainsi, les scènes de baston de CACW procurent cette sensation jubilatoire de voir une bande de vieux potes se déchirer. On applaudira ici la scène centrale de l’aéroport (les trailers n’ont rien révélé, rassurez-vous) qui, à l’instar du climax final du premier Avengers, parvient à donner vie aux bulles des bandes dessinées et démontre la maîtrise formelle des frères Russo. Marvel a maintenant de l'expérience dans ce domaine et bien que le côté systématique, film après film, de ces sempiternelles scènes d'actions bourrées de CGI en énervera plus d'un, force est de reconnaître que le rendez-vous ici n'est pas manqué.

Rendez-vous réussi également sur l'écriture. On l'attendait au tournant et CACW ne déçoit pas : les dialogues bien ciselés ne cèdent jamais le pas face aux trompettes de l’action à tout prix. Les deux teams s’affrontent, certes à base de coups de poings dans la figure, mais surtout lors de confrontations verbales où chacun expose ses arguments et où personne n’a ni tout à fait raison ni tout à fait tort. Cette importance du propos (toute proportion gardée) renforce d’autant plus la caractérisation des personnages, crédibilise les combats et catalyse aisément l’impact émotionnel.

Difficile alors de ne pas s’émouvoir lorsqu’un Iron Man désappointé enfile tristement son casque et balance, dépité, des mandales à son « ami » Captain America. Le film enterre d’ailleurs ici définitivement Batman V Superman où la seule scène d’affrontement des deux super-héros reposait sur un postulat peu crédible et désamorçait ainsi toute implication du spectateur.

Cependant, Marvel ne serait pas Marvel sans son style léger et son humour qui fait parfois mouche parfois moins. CACW, malgré son propos sérieux, n’échappe pas à la règle. C’est une « guerre civile » mais le ton reste badin, les blagues fusent et le MCU n’en ressort finalement pas vraiment bouleversé.

Certains apprécieront (après tout, c’est du divertissement de luxe qui n’essaie pas de se prendre pour ce qu’il n’est pas), là où d’autres regretteront que Marvel ne prennent pas plus de risque.
Ce côté confortable est d’ailleurs caractéristique de l’ensemble du film que l’on sent encadré, huilé, réglé comme du papier à musique sans que jamais une scène ne vienne dynamiter l'intrigue et la propulser hors des sentiers battus. Un manque d'ambition dommageable voire préjudiciable qui emprisonne malheureusement le métrage dans le carcan sur-représenté du simple film d'action bien fichu.

Ne boudons néanmoins pas notre plaisir, CACW reste un divertissement de haute volée, jamais ennuyeux, toujours généreux et très maîtrisé. S'il est loin d'être révolutionnaire, il s’imposera sans peine comme l’une des principales réussites de l’univers Marvel. Et parvient accessoirement à claquer une belle pichenette au boursouflé Batman V Superman qui, espérons-le, en retombera d'autant plus vite dans l'oubli.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 272 fois
2 apprécient · 2 n'apprécient pas

HenriQuatre a ajouté ce film à 1 liste Captain America : Civil War

  • Films
    Affiche Steve Jobs

    2016 c'est vu

    Avec : Steve Jobs, Deadpool, Les 8 Salopards, Carol,

Autres actions de HenriQuatre Captain America : Civil War