Interesting

Avis sur Captain Fantastic

Avatar Guillaume Lejeune
Critique publiée par le

J'ai été voir ça hier, grosse claque.

Outre le fait que ça m'a gêné de le regarder en engloutissant mon paquet d'M&M's, ça soulève tellement de paradoxes sur notre quotidien établi qu'on n'ose ou que l'on ne prend pas/plus la peine de remettre en question. La plupart des plans, des conversations sont creusables à outrance, j'en ai principalement relevé un.

J'ai été subjugué par le passage dans Steve, où Kielyr prononce le "non-word : interesting". C'est qu'un fragment du film parmi tant d'autres, mais ça illustre tellement la sensation de gêne qu'on éprouve quand on commence à s'étendre sur un sujet plus longuement et avec plus d'implication que ce que les normes sociales de notre société nous dictent. Le fait de ne plus oser parler, de se voir affligé d'un "so deep" dès qu'on exprime un tant soit peu intensément ce que l'on ressent.
Et sans vouloir faire une critique socio-comportementale de notre société 2.0, le fait de pouvoir résumer à 5 bonshommes jaunes une panoplie de pensées, d'avis ou de sentiments larges que tous les mots du monde peinent parfois à exprimer, le fait d'accoler à une image filtrée une citation toute faite venant tout droit d'un moteur de recherche spécifiquement dédié à cette utilisation, tout ça nous transforme petit à petit en robot idiots incapables de nous livrer, de disserter, d'expliquer ce que l'on pense à cause d'une gêne qui se transformera au fil du temps en incapacité totale purement intellectuelle.

Bref, c'est relativement hors-sujet, mais ça nous mène tout droit vers une vision des choses ressemblant à ce qu'on peut voir dans un des nouveaux épisodes de Black Mirror, où la seule interaction que l'on a avec l'autre se reflète à travers une application permettant de juger les gens d'1 à 5 étoiles, ce qui régit les positions sociales des individus formant cette société pour le moment à moitié fictive.
Ce passage prend en tout et pour tout 10 secondes dans ce film de 2 heures, pour vous dire.

J'aurais aussi aimé me vider de cette rage due à l'attitude très dictatoriale de Monsieur Cash, mais je ne pense de toute façon pas que quelqu'un sera descendu si loin dans mon analyse, donc je vais juste en profiter pour vous déclarer mon amour pour les bonbons enrobés de chocolat.

Ceci dit, lors de l'habituel mini analyse à la con suivant le générique de fin, je n'ai pas pu m'empêcher de qualifier ce film de "vraiment très très bien", en achevant les derniers m&m's qu'il me restait, avant d'aller enrichir l'industrie du tabac et de m'enfiler une dizaine de boissons jaunâtres brassées avec saveur. Oeuvre paradoxale, dites-vous ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 208 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Guillaume Lejeune Captain Fantastic