👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Avec cette mise en scène, que ne renierait pas Wong Kar Wai version In the mood for Love, la discrétion des sentiments sied parfaitement à une nomenclature esthétique au souffle court, qui fait prédominer la hantise du désir plutôt que l’expression d’un amour fougueux. A travers l’échancrure d’une porte, la fissure d’un pare brise, derrière l’objectif d’un appareil photo, ou le flou embué d’un miroir, Todd Haynes dévisage avec finesse et raffinement le rapprochement, la transparence de deux êtres en quête d’absolution, une histoire d'amour dans une époque marquée par son conformisme.

Sous couvert de l’actualité de notre époque, avec le mariage gay et l’évolution des mœurs, le réalisateur se détache d’une politique identitaire malhonnête, et n’en fait jamais un cas d’école racoleur, mais puise dans un schéma narratif d’une grande dignité. Car si l’homosexualité est évoquée (question de moralité par rapport au mariage du personnage de Carol), elle n’est jamais nommée.

La prise de position sentimentale et existentielle, se situe dans un horizon plus large, qui entoure la place d’une femme dans les années 1950, quant à ses choix et son apparence dans la société. Le milieu du métrage voit la genèse d’une sorte de voyage de quelques jours, prenant une allure « road movie », où Thérèse et Carol s’uniront pour la première fois. Mais de ce premier ébat charnel, qui sera sous écoute, Thérèse se sentira coupable quant aux conséquences de cette liaison, de cette prise de liberté. Chemin de croix, qui résume toute la gravité du film, qui, s’il tire vers le mélodrame, s’avère tout autant dessiner les traits d’un récit initiatique dans une époque conservatrice qui semble, parfois, étrangler son espace.

Derrière cette signalétique qui se dissocie peu à peu d’un académisme plombant pour rejoindre un classicisme feutré, proche de l’élocution d’un James Gray, se dresse un écrin visuel d’une rare beauté, qui effleure avec merveille sa direction artistique, la pulsation et l’odeur même de son environnement, passant de quartiers qui véhiculent ce luxe d’une classe aisée alimentée au banquet et au repas dinatoire mondain face aux petits quartiers et les bars qui transpirent la middle class un peu bohême au questionnement ad vitam aeternam.

La force presque invisible de Carol, n’est pas d’incarner le désir (l’anti thèse de la vie d’Adèle malgré sa sublime scène de sexe) mais se situe dans sa capacité à raturer la conscience et l’inconscience de ce rapprochement, à délier son histoire d’amour par la rupture sociale qui à la fois, sépare et unit, les deux protagonistes quant à leur décision. Sur le fil et toujours empreint d’un certain mystère, cet amour est la frontière qui prend la forme d’une scission, l’image de cet amour maudit et interdit, qui doit faire face à l’envie de grandeur de la part d’une future photographe à la recherche de sa vie, et le combat d’un mère qui fait tout pour sauver sa place dans le paysage familial de sa petite fille.

Todd Haynes, avec cette réadaptation du livre de Patricia Highsmith entre les mains, aurait pu bousculer les barrières et écrire un pamphlet sur la liberté des mœurs, mais le réalisateur s’évertue à iconiser ses actrices, le fétichisme de leur geste quotidien, la rigidité des mouvements enclavés dans l’étroitesse de son décor par l’élégance de sa réalisation et profite de ce moment pour tracer les contours de deux visages, de deux sublimes portraits de femmes, qui explosent au grand jour par leur dignité et leur délicatesse.

Révélatrice de la grâce de l’écriture du métrage, cette séquence de plaidoyer par Carol, lors de l’audience qui sanctifie le sort de son divorce, ce n’est pas un discours militant qui résonne, mais l’éloquence d’une femme libre, responsable d’elle-même et capable de juger du bienfondé de sa santé et de sa vie conjugale. De sa stature et sa noblesse, qui se rapproche de son rôle dans Blue Jasmine, Cate Blanchet alimente son aura aussi désuet qu’hypnotique. Mais de cette œuvre, c’est avant tout Rooney Mara, une grande actrice, qui éblouit par sa douceur et sa réserve. Jamais à la recherche de l’ostentatoire tout ne cédant pas aux sirènes du dolorisme cinématographique actuel, Carol se révèle poignant par les brèches de ses tourments et la pudeur de son ambition.

Velvetman
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Velvetman et ses autopsies cinématographiques 2016

il y a 6 ans

127 j'aime

26 commentaires

Carol
Velvetman
8
Carol

Two Lovers

Avec cette mise en scène, que ne renierait pas Wong Kar Wai version In the mood for Love, la discrétion des sentiments sied parfaitement à une nomenclature esthétique au souffle court, qui fait...

Lire la critique

il y a 6 ans

127 j'aime

26

Carol
Sergent_Pepper
8
Carol

Very blossom girls.

Un lent mouvement de caméra le long des façades, de celles où se logent ceux qui observent et qui jugent, accompagnait le départ de Carol White qui s’éloignait Loin du Paradis. C’est un mouvement...

Lire la critique

il y a 6 ans

120 j'aime

7

Carol
JimBo_Lebowski
7
Carol

Angel

Il y a 20 ans Todd Haynes choisissait comme ligne de conduite avec Safe puis Far From Heaven de filmer la femme au foyer américaine, de sa capacité à exister dans un milieu ne favorisant pas...

Lire la critique

il y a 6 ans

51 j'aime

12

The Neon Demon
Velvetman
8

Cannibal beauty

Un film. Deux notions. La beauté et la mort. Avec Nicolas Winding Refn et The Neon Demon, la consonance cinématographique est révélatrice d’une emphase parfaite entre un auteur et son art. Qui de...

Lire la critique

il y a 6 ans

274 j'aime

13

Premier Contact
Velvetman
8

Le lexique du temps

Les nouveaux visages du cinéma Hollywoodien se mettent subitement à la science-fiction. Cela devient-il un passage obligé ou est-ce un environnement propice à la création, au développement des...

Lire la critique

il y a 5 ans

259 j'aime

19

Star Wars - Le Réveil de la Force
Velvetman
5

La nostalgie des étoiles

Le marasme est là, le nouveau Star Wars vient de prendre place dans nos salles obscures, tel un Destroyer qui viendrait affaiblir l’éclat d’une planète. Les sabres, les X Wing, les pouvoirs, la...

Lire la critique

il y a 6 ans

208 j'aime

21