👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

D'aucuns pourraient voir Carol comme une version Hollywoodienne dans les années 50 de "La Vie d'Adèle", et ces personnes n'auraient pas forcément tord. Je m'explique. Plusieurs points communs peuvent lier ces deux oeuvres, déjà au niveau de la caractérisation des personnages. La jeune fille timide troublée par une "femme" sure de sa sexualité ; la différence culturelle qui sépare les deux mondes auxquels ces deux femmes appartiennent à la base. Au niveau des personnages satellites et des ressors scénaristiques également.

Le petit copain de Thérèse qui ne comprend pas son comportement et se retrouve petit à petit rejeté. La séparation obligatoire aux trois quarts du film.


Etc...

Cependant, sur la forme, le film diverge et s'oriente vers quelque chose de plus propre, plus symbolique, mais bien plus académique. En effet, Carol est un film visuellement magnifique. Là où le film de Kechiche optait pour un visuel brut, numérique, en caméra épaule, Carol s'oriente vers une mise en scène léchée, esthétisée et posée. C'est justement cette différence de traitement qui m'a plu et qui donne au film sa valeur. Sur le fond, le sujet traité reste le même, seules les problématiques spécifiques divergent mais la thématique reste similaire. Les deux films étudient leur sujet d'un point de vue sociologique et psychologique, mais Carol, de part son encrage historique, propose une dominance du sociologique alors que la vie d'Adèle se concentrait surtout sur le psychologique. De plus, Carol ne couvre que quelques mois de la vie de Thérèse alors que La Vie d'Adèle s'étirait sur une dizaine d'années si mes souvenirs sont bons.

En bref, même si les deux films présentent des similitudes, Carol propose un traitement suffisament différent pour intéresser. Seulement, selon moi, le film n'atteint jamais la puissance de La Vie d'Adèle, ceci étant du à une mise en scène trop académique et à un scénario beaucoup plus convenu.

Néanmoins, Carol reste un bon film, intéressant sur la forme et sur le fond mais peut-être un peu trop sage.

Scorcm83
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films Sortis en 2016 et vus en 2016

il y a 6 ans

1 j'aime

Carol
Velvetman
8
Carol

Two Lovers

Avec cette mise en scène, que ne renierait pas Wong Kar Wai version In the mood for Love, la discrétion des sentiments sied parfaitement à une nomenclature esthétique au souffle court, qui fait...

Lire la critique

il y a 6 ans

127 j'aime

26

Carol
Sergent_Pepper
8
Carol

Very blossom girls.

Un lent mouvement de caméra le long des façades, de celles où se logent ceux qui observent et qui jugent, accompagnait le départ de Carol White qui s’éloignait Loin du Paradis. C’est un mouvement...

Lire la critique

il y a 6 ans

119 j'aime

7

Carol
JimBo_Lebowski
7
Carol

Angel

Il y a 20 ans Todd Haynes choisissait comme ligne de conduite avec Safe puis Far From Heaven de filmer la femme au foyer américaine, de sa capacité à exister dans un milieu ne favorisant pas...

Lire la critique

il y a 6 ans

51 j'aime

12

Black Mirror : Blanc comme neige
Scorcm83
9

Critique de Black Mirror : Blanc comme neige par Scorcm83

Cet épisode spécial White Christmas est un cas d'école. Il met en exergue l'importance du comédien au sein d'une oeuvre audiovisuelle. J'en fais peut-être trop, mais en cours de visionnage, c'est ce...

Lire la critique

il y a 5 ans

8 j'aime

1

The Neon Demon
Scorcm83
7

Mi-Drive, Mi-OGF, un nouveau style ?

The Neon Demon est un film que j'attendais particulièrement, étant fan du travail du réalisateur danois depuis ses débuts et extrêmement intéressé par le scénario, autant dire que mes attentes...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

Les 8 Salopards
Scorcm83
8

Tarantino à son paroxysme

En grand amateur du bonhomme, je ne rate jamais une seule de ses nouvelles oeuvres que j'essaie de ne manquer sous aucun prétexte lors de leur sortie en salle. Pour ce Hateful Eight, j'ai eu la...

Lire la critique

il y a 6 ans

6 j'aime

2