Prom Night

Avis sur Carrie : La Vengeance

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Je m'attendais vraiment à ne pas passer un très bon moment en lançant le film. En plus je constate que Julianne Moore est dedans, je me suis alors dit qu'au vu de ses choix artistiques récents, elle devait avoir besoin d'argent. Quelle langue de vipère je suis quand même. Et ça tombe bien parce que c'est l'un des sujets de ce film.

Disons-le clairement, il y a des maladresses au niveau du scénario. Parfois on aurait voulu que ça aille plus loin, comme cette scène du porc : c'est tout con, mais ne fut-ce que montrer un des jeunes qui rate par nervosité et un autre, plus sûr de lui qui l'achève d'un coup, ça aurait déjà été un peu plus intéressant. Et c'est bien la psychologie qui déçoit un peu. On la souhaiterait plus travaillée et plus cohérente. On peut dire que c'est le personnage de la mère le mieux construit, ensuite celui de la méchante ado. Carrie est celle qui souffre le plus d'une mauvaise écriture ; on ne croit tout simplement pas à ce changement de confiance en elle dès la première confrontation avec sa mère dans la maison. Comment peut-elle être aussi sûre d'elle quand elle est si timide à l'école.

J'avoue aussi que cette façon de dépeindre le bal de prom' m'a semblé un peu gnangnan et faible. Jusqu'à ce que je me rend compte que c'était la force du film. Ça ne vole pas très haut et justement on en revient à une forme d'aliénation plus primitive. Cela donne un côté plus brut à la colère de Carrie à la fin. D'autres choix ont pu déplaire à ce que j'ai pu lire, comme par exemple la manière dont Carrie gère ses pouvoirs. J'ai trouvé cette approche au contraire assez originale. En fait, on sent bien que "Chronicle" est passé par là, on pourrait presque dire que "Carrie"(2013) en est la suite inavouée. Et enfin, s'il faut admettre les lacunes, il faut aussi admettre les bons moments : le massacre au bal est tout de même très finement orchestré. La confrontation avec la mère tout au long du récit est palpitante. Dommage que la fin du film, aussi inéluctable qu'elle puisse être, soit si mal amenée. Quant à la scène 'bonus' si je puis dire, totalement gratuite, elle est tout de même fun à regarder.

Côté mise en scène c'est pas mauvais. Y a quand même des passages gores sur la fin. Et puis j'ai apprécié le fait que la montée en violence se fasse progressivement. La réalisatrice a vraiment su rythmer son récit, ne pas offrir le plus spectaculaire trop tôt. Il y a un beau travail d'image, de beaux plans, une belle lumière. Dommage que le découpage n'ait pas été un peu plus auteurisant. On ressent cette volonté par moment, mais c'est comme si la réalisatrice n'avait pas carte blanche pour aller plus loin dans cette démarche esthétique. Peut-être aussi par peur d'être comparée au travail léché de DePalma. D'ailleurs, la scène d'intro à la piscine ne fait que renvoyer la balle vers l'original, diminuant ainsi d'emblée le remake (on s'accordera pour dire que c'est une très mauvaise façon de commencer un film, c'est-à-dire souligner le fait que ce ne sera jamais aussi beau que l'oeuvre de DePalma).

Outre des moments de violence réussis, j'ai apprécié le ton très premier degré de ces préparations pour un bal. On se sent vraiment dans la tête de ces ado pour qui cette soirée sonne comme la consécration ultime des études secondaires.

Bref, malgré quelques fausses notes dramaturgiques et une mise en scène par moment trop lisse, un peu hésitante, j'ai passé un plutôt bon moment. C'est une belle relecture contemporaine du récit.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 282 fois
3 apprécient

Autres actions de Fatpooper Carrie : La Vengeance