Affiche Ceux qui m'aiment prendront le train

Critiques de Ceux qui m'aiment prendront le train

Film de (1998)

  • 1
  • 2

Critique de Ceux qui m'aiment prendront le train par LioDeBerjeucue

J'ai l'impression que dans ce film Trintignant a couché avec tout le monde, sauf avec son fils (il me semble, je n'ai pas saisi l'exact arbre généalogique de cette famille fucked up). Les acteurs déglingos, Charles Berling camé, les petites duckfaces, Vincent Pérez qui veut devenir boulangère, les chaussures pointure 43, la musique formidable qui pète bien les couilles au bon moment, les plans... Lire l'avis à propos de Ceux qui m'aiment prendront le train

9
Avatar LioDeBerjeucue
9
LioDeBerjeucue ·

Critique de Ceux qui m'aiment prendront le train par Noménale

C’est dans un train que se réunissent ceux qui souhaitent venir à l’enterrement de Jean-Baptiste Emmerich. C’est dans un train qu’il y aura ces échanges de regards, ces échanges de mots tantôt maladroits, agressifs, compatissants, moqueurs. C’est la réunion de personnes qui n’étaient liées que par ce personnage qui semblait leur donner à chacun l’impression d’être « quelqu’un ». Il y a ceux qui... Lire la critique de Ceux qui m'aiment prendront le train

13 6
Avatar Noménale
7
Noménale ·

Subtil et immaculé.

Il y a que des petites choses qui mises bout à bout relèvent un film dégueulant de tendresse. Je ne sais même pas si ce film doit être vu comme un ensemble ou si on doit se contenter de se nourrir de ses petits bouts de moments qui sont entre les moments. Les mouvements de la caméra sont beaux. Un film dont l'amour grandit à chaque visionnage. A mon avis un des meilleurs films choral de ces 20... Lire l'avis à propos de Ceux qui m'aiment prendront le train

5
Avatar Q9F
8
Q9F ·

Un moment fort de cinéma

Si par de nombreux aspects, "Ceux qui m'aiment prendront le train" s'inscrit dans la plus pure tradition du cinéma français (des personnages complexes, meurtris, en crise, qui, malgré leur marginalité parfois outrancière - voir le transsexuel que personne ne reconnaît, le critique homosexuel pris entre ses deux amants - sont finalement proches de nous, car nous reconnaissons leur mal... Lire l'avis à propos de Ceux qui m'aiment prendront le train

1
Avatar Eric Pokespagne
8
Eric Pokespagne ·

Critique de Ceux qui m'aiment prendront le train par Zaccharias

"Ceux qui m'aiment prendront le train" est un film sur lequel plane l'ombre de la mort, mais il est pourtant tellement vivant: les principaux personnages, sous le choc de la perte de leur ami ou parent, sont pris par des rebondissements émotionnels chaotiques. Ils s'étreignent, s'embrassent, se repoussent, pleurent, rient, crient; ils sont dans un moment âpre de leurs vies mais ils sont plein... Lire l'avis à propos de Ceux qui m'aiment prendront le train

Avatar Zaccharias
10
Zaccharias ·

oh oui je l’ai pris !

C’est une histoire pleine de bruit et de fureur, faite de chair et de sang, naviguant entre Shakespeare et Tennessee Williams -deux grands noms du Théâtre comme l’est Chéreau– et c’est bel et bien du Chéreau. Du Chéreau de tout ce qui fait Chéreau; l’art (ici la peinture) la troupe, le sexe, l’homosexualité, la famille… Et il y a la gare des Bénédictins à Limoges, où ce train arrive,... Lire la critique de Ceux qui m'aiment prendront le train

Avatar cinevu
7
cinevu ·

Critique de Ceux qui m'aiment prendront le train par Maqroll

Un très bon début, bien filmé… Des images fortes, une caméra qui scrute, des personnages qui se dessinent, des rapports qui se précisent… tout cela sur le quai d’une gare où l’on se prépare à se rendre à un enterrement. Ce rassemblement – voulu non sans un certain degré de perversité par le défunt – va être l’occasion en se poursuivant dans le train d’affrontements douloureux… Puis l’enterrement... Lire la critique de Ceux qui m'aiment prendront le train

Avatar Maqroll
7
Maqroll ·

Critique de Ceux qui m'aiment prendront le train par hopkins

La caméra virtuose de Chéreau virevolte à 100 à l'heure dans un train bondé où des gens se croisent, s'évitent, se retrouvent. Des proches plus très intimes forcés de se réunir pour l'enterrement d'un patriarche caractériel. Les dissensions sont encore vives, les douleurs à peine éteintes. La troupe de personnages que Chéreau chapeaute, en démiurge exigeant, appartient à l'univers de l'art.... Lire la critique de Ceux qui m'aiment prendront le train

1
Avatar hopkins
9
hopkins ·

Critique de Ceux qui m'aiment prendront le train par Le_Monsieur_Poireau

Evidemment la réalisation et les acteurs sauvent un film dont le sujet et tout le scénario puent le bon film français. Film collectif sur la famille, déjà traité dix mille fois et qui n'apporte rien de vraiment nouveau. Les personnages entrent et sortent, chaque acteur a sa petite scène, son petit moment d'acmé, oh comme c'est bien joué. Un film un peu vain d'un Chéreau qu'on a connu plus... Lire la critique de Ceux qui m'aiment prendront le train

1
Avatar Le_Monsieur_Poireau
5
Le_Monsieur_Poireau ·

Logique de vouloir s'arracher la bite et les yeux avec une telle "famille"

Une quinzaine de paillasses humaines sont dans un train puis chez Jean-Baptiste pour son (ultime) enterrement. Signé Chéreau (La chair de l'orchidée, Intimité, Persécution) et tourné... Lire l'avis à propos de Ceux qui m'aiment prendront le train

1
Avatar Zogarok
4
Zogarok ·
  • 1
  • 2