Une bonne idée trop programmée...

Avis sur Chappie

Avatar Lucas MARTIN
Critique publiée par le

Dans un Johannesburg futuriste, une entreprise vend à la police des robots appelés Scout pour combattre le crime. L'idée est un succès et le crime recule. Cependant, Deon, le créateur des Scouts désire donner une conscience à ses créations. Il développe alors un programme qu'il testera sur un robot cassé...

Je sais pas comment juger ce film. Si je le prend comme un blockbuster basique, il est bon, voire même très bon. Mais s'il a pour vocation d'être plus que ça, d'être un film de science-fiction novateur, qui véhicule certaines idées sur l'intelligence artificielle, le racisme, etc, et bien force est de constater que le film croule sous les défauts du blockbuster.

Commençons par ce qui est, pour moi, la qualité principale du film : Chappie. Interprété par Sharlto Copley, c'est le personnage le plus attachant et intéressant du film. On le voit apprendre, connaître le monde, hésiter entre la vision de son créateur, ou des criminels qui l'élèvent. Il est au départ naïf et facilement manipulable, comme un enfant, puis il va petit à petit s'affirmer et grandir mentalement. Très attaché au personnage maternel qu'est Yo-Landi, il est le personnage le plus humain du casting. Oui, parce qu'entre les bermudas et la coupe chelou de Hugh Jackman, qui joue le personnage cliché du mec contre l'intelligence artificielle; et le casting de criminels, c'est-à-dire le leader pas trop sympa tatoué et qui veut de la tune, la fille a la coupe de cheveux la plus bizarre du monde et le troisième gars qui est là parce qu'il fallait un troisième gars, bah, niveau acteur, c'est un peu le néant. A la limite, on peut éprouver de l'empathie pour Yo-Landi par le biais de Chappie et c'est tout. Et coucou Sigourney Weaver, j'espère que l'apprentissage du texte n'a pas été trop long, vu le nombre de vos répliques. Alors pour un blockbuster, j'en demande pas plus. Mais si on veut faire un film plus profond, le casting n'est pas vraiment à la hauteur.

Niveau réalisation, les effets spéciaux sont superbes, à la hauteur de District 9 (au moment où j’écris cette critique, je n'ai pas encore vu Elysium). Et en parlant de District 9, et bien il y a beaucoup de similarités: d'abord le lieu, Johannesburg, ensuite le début qui consiste en une série d'interview, la fin (sans spoiler), et encore diverses éléments comme les criminels qui s'attachent à un robot policier à la manière des crevettes qui "s'attachent" à l'humain infecté dans son premier film. Certains designs sont aussi similaires, comme le robot de Vincent (Hugh Jackman) et les robots des crevettes. Après, une des idées intéressantes sont les costumes et les armes colorés des criminels, mais je pense que l’équipe de maquillage s'est tiré un gros joint avant de s'attaquer aux acteurs.

Venons-en à la musique. Quelques thèmes épiques et surtout du gangsta rap auto-tunée que je déteste par dessus tout. Après ça colle bien à l'action. Mais pas au générique de fin. Puis tu te rends compte que c'est Hans Zimmer qui a fait la musique. Et là tu regrettes...

Du coup Chappie, allez le voir comme un blockbuster. Certes, certaines réflexions sont intéressantes, mais, après visionnage, j'ai du mal à le considérer comme quelque chose de plus profond. C'est une déception pour moi, car je croyais que ce film allait être un très bon cru sur l'intelligence artificielle, mais je sais que l'on peut passer un bon moment devant, c'est pourquoi je ne le déconseille pas.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 779 fois
4 apprécient

Autres actions de Lucas MARTIN Chappie