Comme un lapin en cage

Avis sur Chaque chose en son temps

Avatar guyness
Critique publiée par le

Il me fallait bien une raison pour dénicher et voir ce film anglais de 1966 jamais sorti en France et dispo uniquement sur un DVD (british, donc) sans sous-titre.
Et si "the boulting brothers collection" inscrite sur la jaquette semble être signifiante outre-manche, autant dire que cela n'éveille pas grand chose chez nous (j'attends que vous me disiez le contraire, et avec plaisir, au vu de ce qui va suivre).

La raison était simple: il s'agit de la seule BO de Paul McCartney. Dix ans que je possédais ce disque avec cette ligne mélodique envoûtante déclinée en plusieurs arrangements signés George Martin. Dix ans que je me disais "faudra bien que je le vois un jour, ce film".

Grand bien m'a pris.

Ce film se révèle être un petit bijou dont la dernière réplique vous fait monter les larmes aux yeux.

A travers le mariage de deux jeunes tourteraux (à Manchester ? Bolton ? C'est pas très clair), c'est un portrait d'une société anglaise en pleine transition. En prise aux changements entre les générations, entre les niveaux sociaux, avec le poids du voisinage. Mais cela est fait très finement, avec un amour manifeste pour tous les personnages et avec un humour sensible, dans le dialogue, dans la façon de parler des gens.

Le jeune couple (lui projectionniste, elle disquaire) avait prévu un voyage de noce qui ne peut se faire. Pour économiser, ils décident de rester chez les parents du garçon. Tout le côté oppressant de la vie d'une ville de province, malgré l'amour des uns et des autres, remonte violemment et ressurgit sur la vie sexuelle du jeune couple et personne, rapidement n'ignore les déboires conjugaux.

Cela donne la place à quelques portraits sensibles et quelques dialogues superbes.
A l'image de la discussion entre les parents d'Arthur (la mère crève l'écran) sur le thème de l'homosexualité. Le père ne change sa façon de penser que quand sa femme lui rappelle leur lune de miel avec l'ami d'enfance de ce dernier. Le moment est superbe.

Non, et puis voir Murray Head à 20 ans en jeune frère motard est assez savoureux.

Promis, le jour où cela ressort avec des sous-titres j'en referai ici de la publicité.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 598 fois
7 apprécient

guyness a ajouté ce film à 2 listes Chaque chose en son temps

Autres actions de guyness Chaque chose en son temps