👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Il faut parfois quelques années avant qu'une oeuvre ne vous atteigne complètement, plusieurs rendez-vous avant que votre petit coeur ne se mette à battre la chamade, avant qu'une douce histoire d'amour n'éclose entre vous. Une bonne dizaine d'années après ma découverte du "Chungking Express" de Wong Kar-Wai, je puis enfin m'écrier: "Je t'aime !". Tout ce qui m'apparaissait comme de vilains défauts lors de notre première rencontre me touche profondément aujourd'hui. Comme un imbécile en quête de perfection absolue, j'étais passé à côté de son charme fou, de son imperfection attachante. Fou que j'étais. Dieu merci, "Chungking Express" m'a pardonné et m'a offert une nuit douce et câline tout autant que fiévreuse.

Tourné en mode guerilla pendant presque trois mois avec une équipe réduite le temps que le montage des "Cendres du temps" ne prenne enfin corps, "Chungking Express" permet à Wong Kar-Wai de retrouver une liberté salvatrice, d'utiliser les limites budgétaires comme moyen de retrouver une certaine simplicité et une spontanéité presque adolescente.

Construit autour de deux histoires d'amours contrariées aussi différentes que complémentaires, chacune représentant la face opposée d'une même pièce, "Chungking Express" baigne dans un romantisme à fleur de peau, tantôt mélancolique, tantôt rafraîchissant, d'abord ténébreux puis solaire, l'un étant voué à l'échec quand l'autre annonce un commencement.

Offrant une nouvelle fois à son casting une belle occasion de briller, Wong Kar-Wai s'entoure de comédiens talentueux, qu'ils soient déjà connus du grand public ou en passe de le devenir. De Takeshi Kaneshiro, charismatique, à Tony Leung Chiu-Wai, d'une classe impérial, ils sont tous impeccables. Mais ce sont surtout les femmes qui retiennent ici l'attention. D'abord Brigitte Lin, dont c'est le dernier rôle avant longtemps, mystérieuse et insaisissable en femme fatale, puis Faye Wong, lumineuse, solaire, espiègle, touchante, véritable arc-en-ciel à elle seule. Impossible d'écouter à nouveau "California dreamin" sans que ses pas de danse hésitants ne viennent se rappeler à notre mémoire.

Jouant avec les références, qu'elles viennent de la Nouvelle vague française ou d'un cinéma plus populaire, ne cherchant à aucun moment à théoriser sur son sujet, Wong Kar-Wai signe peut-être son film le plus abouti à mes yeux car spontané et sincère, drôle, frénétique, rafraîchissant et surtout d'une énergie fracassante, peut-être une des oeuvres les plus touchantes sur les rapports amoureux.

il y a 8 ans

44 j'aime

5 commentaires

Chungking Express
SanFelice
9

Instantanés d'émotions

"pendant ce bref instant d'intimité, un millimètre nous sépare. Je ne savais rien d'elle. 57 heures plus tard, je tombais amoureux de cette femme." HongKong, quartier populaire de Chungking. Deux...

Lire la critique

il y a 6 ans

82 j'aime

5

Chungking Express
Taurusel
9

Rencontres aux lumières de la nuit

Wong Kar Wai m'était inconnu avant que, à l’occasion de la même soirée, Ochazuke ne me pousse à le découvrir par Chungking Express puis Les anges déchus qu'il réalisa deux ans plus tard. L'ironie...

Lire la critique

il y a 9 ans

53 j'aime

28

Chungking Express
Sergent_Pepper
3

In the mood for something else

Il y a des soirs où l’on est moins en forme que d’autres, et l’on peut considérer ça comme un alibi justifiant l’agacement où la déception face à un film souvent salué comme grand par la critique...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

32

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25