Nos années solitaires...

Avis sur Chungking Express

Avatar Eric Pokespagne
Critique publiée par le

20 ans après, j'aime toujours autant "Chungking Express", son scénario malin mais franc, ses acteurs à la beauté sublime, sa mise en scène constamment inspirée, contribuant de manière prodigieuse à la finesse de la narration, et surtout, surtout, ce romantisme urbain qui me touche à chaque fois en plein cœur.

Moins abstrait, moins intellectuel sans doute que "Nos Années Sauvages" ou "Happy Together", moins splendide formellement que "In the Mood for Love" ou "2046", "Chungking Express" est sans doute le film le plus imparfait, et donc le plus simplement humain de Wong Kar Wai, peut-être parce qu'il est irrigué par l'énergie d'un quartier, d'une population qui y vit, y travaille, y aime et y souffre, et que Wong Kar Wai laisse exister à l'écran. "Chungking Express" est toujours, 20 ans après, le mélange parfait entre les théories de Godard et le post-modernisme publicitaire qui, justement, tua le cinéma moderne : une vraie œuvre d'art qui accepte d'avoir été contaminée par la culture pop, qui essaye - et réussit fréquemment - de retrouver la grâce primitive de gestes amoureux que le vidéo-clip et la pub ont trivialisés, "marchandisés".

C'est aussi un film drôle et joyeux dans sa vision désespérée de l'avenir - solitaire évidemment - de l'homme urbain du XXIème siècle qui était sur le point de se confirmer. C'est enfin une occasion de plus de s'émerveiller devant la grâce, la sensibilité, le mystère souriant qu'est Tony Leung, pour moi l'un des trois plus grands acteurs de notre époque.

[Critique écrite en 2013, à partir de notes prises en 1995]

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 770 fois
21 apprécient

Eric Pokespagne a ajouté ce film à 7 listes Chungking Express

Autres actions de Eric Pokespagne Chungking Express