"pendant ce bref instant d'intimité, un millimètre nous sépare. Je ne savais rien d'elle. 57 heures plus tard, je tombais amoureux de cette femme."
HongKong, quartier populaire de Chungking. Deux histoires d'amour. Deux policiers, une femme aux activités pas très honnêtes et une serveuse.
Et c'est tout.
C'est tout parce que raconter une histoire, ce n'est pas vraiment le souci de Wong Kar-wai (ça ne l'a jamais été, je crois). Chungking Express, comme Nos années sauvages avant lui, comme Les Anges déchus plus tard, se veut avant tout une capture des sentiments, l'impression d'émotions éphémères. Tour à tour frénétique ou en apesanteur, la caméra se fait empathique.
Empathique avec les personnages, d'abord, bien entendu. D'où cette alternance entre moment graves et scènes légères, entre mélancolie et douce folie.
Empathique aussi, au-delà, avec l'ensemble de ce décor urbain. Le titre du film devrait nous donner une indication : Wong Kar-wai cherche à faire ressentir ce que peut être la vie de ce quartier. Film totalement urbain, où la nature est résolument absente, ChungKing Express est marqué par ce décor. Ainsi, tout ici est exigu, les hommes ont à peine la place de vivre. Et on voit ce décor qui encadre en permanence les personnages : rues étroites, appartements lilliputiens, minuscules boutiques ou ateliers... C'en arrive au point où les personnages peuvent à peine tenir debout. L'espace se réduit autour d'eux.
Et puisque la ville est le lieu par excellence où la solitude se fait la plus manifeste (et la plus paradoxale), ChungKing Express est un film sur la solitude urbaine, d'où son aspect doucement mélancolique.


La première histoire est sympa, mais c'est surtout la seconde que j'admire. Déjà parce que Faye Wong est juste magnifique. Ensuite, parce que c'est là que Wong Kar-wai réussit le mieux à capter les moments, avec légèreté. Il y a là comme un manque absolu de sérieux, une inconséquence caractéristique de cette jeunesse urbaine. Une "insoutenable légèreté de l'être", pour reprendre le titre du roman de Kundera. Tout passe, tout glisse, tout change en permanence. Matricule 663 est tellement habitué à cette instabilité que lorsqu'il s'aperçoit des changements survenus dans son appartement, il ne s'en étonne même pas, comme si c'était naturel.
Wong Kar-wai fait des instantanés de personnages pris dans le flux temporel, une précarité existentielle qu'il sait rendre tangible. Sa caméra virevoltante nous fait partager cette instabilité, cette vie en déséquilibre permanent. Passant d'une histoire à l'autre, d'un sentiment à l'autre, sans que rien n'attache, rien ne laisse de traces, rien ne laisse de souvenirs. Le temps de manger quelques boîtes d'ananas, et on passe à autre chose.
Même le désir d'ailleurs, concrétisé par California Dreamin', est momentané.
ChungKing express est un grand film. Peut-être pas le plus grand de Wong Kar-wai, mais peut-être bien celui par lequel il faut commencer son œuvre. Un de ces films que l'on voit non pour l'histoire racontée mais pour les sentiments qu'elle procure.

SanFelice
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Films de repas, Mes premiers, Petits et grands écrans en 2016 et Les meilleurs films de Wong Kar-wai

Le 5 mai 2016

83 j'aime

5 commentaires

Chungking Express
SanFelice
9

Instantanés d'émotions

"pendant ce bref instant d'intimité, un millimètre nous sépare. Je ne savais rien d'elle. 57 heures plus tard, je tombais amoureux de cette femme." HongKong, quartier populaire de Chungking. Deux...

il y a 6 ans

83 j'aime

5

Chungking Express
Taurusel
9

Rencontres aux lumières de la nuit

Wong Kar Wai m'était inconnu avant que, à l’occasion de la même soirée, Ochazuke ne me pousse à le découvrir par Chungking Express puis Les anges déchus qu'il réalisa deux ans plus tard. L'ironie...

il y a 10 ans

53 j'aime

28

Chungking Express
Sergent_Pepper
3

In the mood for something else

Il y a des soirs où l’on est moins en forme que d’autres, et l’on peut considérer ça comme un alibi justifiant l’agacement où la déception face à un film souvent salué comme grand par la critique...

il y a 9 ans

48 j'aime

32

Starship Troopers
SanFelice
7

La mère de toutes les guerres

Quand on voit ce film de nos jours, après le 11 septembre et après les mensonges justifiant l'intervention en Irak, on se dit que Verhoeven a très bien cerné l'idéologie américaine. L'histoire n'a...

il y a 10 ans

251 j'aime

50

Gravity
SanFelice
5
Gravity

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

il y a 9 ans

211 j'aime

20

Chernobyl
SanFelice
9
Chernobyl

What is the cost of lies ?

Voilà une série HBO qui est sans doute un des événements de l’année, avec son ambiance apocalyptique, ses flammes, ses milliers de morts, ses enjeux politiques, etc. Mais ici, pas de dragons ni de...

il y a 3 ans

207 j'aime

32