👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

50 nuances de caca - On passe à table ? Chaud devant

J'écris en ce moment même 50 nuances de caca, un spin-off qui retrace l'histoire d'un ténébreux milliardaire scatophile qui rencontre une jeune pucelle de 21 ans dont il tombe amoureux et l'initie à sa passion qu'est le caca.


  • Tout tout tout

  • Vous saurez tout sur le caca

  • Le vrai, le faux

  • Le laid, le beau

  • Le dur, le mou

  • Tout tout tout tout

  • Je vous dirai tout sur le caca


Ce film a été conçu et réalisé pour des midinettes et probablement aussi vierge que Marie ainsi que pour les femmes au foyer mal-baisée et en manque d'amour ou de sensations fortes.

Donc, on a un milliardaire (d'environ 30 ans ?) qui travaille dans les télécommunications (un genre de Xavier Niel avec le corps d'un Di Caprio et l'envie SM de James Deen) dont le passé est aussi trouble que sa personnalité et qui tombe amoureux d'une pseudo-étudiante journalistique qui n'est même pas capable d'ouvrir une porte sans finir allonger sur le sol en face de son futur interlocuteur (lorsque vous verrez cette scène (vers 4 min) et cette cascade digne des bêtisiers de Noël, vous m'en direz des nouvelles).

Notre milliardaire se précipite donc au secours de cette jeune femme en détresse (pendant que l'hôtesse se marre en étant cachée derrière la porte, alors que son "travail" doit comprendre l'ouverture des portes aux invités) et là, coup de foudre. Un coup de foudre tellement prévisible et tellement mal joué. Un coup de foudre que même un aveugle aurait pu le voir.

Je ne vous parle même pas des questions posées par Anastasia (ça c'est du prénom) à Christian - la seule que j'ai retenue est celle-ci : "Etes-vous gay ?" - donc si t'es un beau mec célibataire, et optionnellement milliardaire mais que personne ne vous a jamais aperçu avec une femme, vous êtes donc gay. Vive les clichés et les questionnes connes des pseudo-journalistes.

Donc Christian, qui est le cliché ambulant du beau mec séducteur, sombre et mystérieux et bourré de pognon aime le bdsm et souhaite initier Anastasia mais veut l'obliger à signé un contrat de dominé/dominant qui cependant refuse le fist-fucking (vaginal et anal, je ne comprend pas pourquoi elle refuse de se prendre un poing ou un avant-bras dans ses orifices) et certaines autres pratiques.

On a donc droit a quelques scènes érotique, où Anastasia se fait plus ou moins fouetter ou fesser ardemment par un Christian en pleine jouissance intérieure.

Clichés, que de clichés pour ce médiocre film, le faible jeu d'acteur.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------



Et sinon combien de couples se sont mis au bdsm ?


  • Chérie, je suis passé chez Mr Bricolage.

  • Qu'est ce que tu as acheté ?

  • 5 mètres de corde, du ruban adhésif et tout le tintouin qui va avec.

  • Tu vas faire des travaux ?

  • Non. Je croyais que tu avais aimé 50 nuances de gris ?

  • Je ne vois pas le rapport.

  • Je vais t'attacher et te fouetter et si tu es vilaine, tu auras droit a une fessée cul nul.

  • Mais tu es fou, ça ne vas pas. Je ne vais pas te laisser m'attacher et encore moins te laisser me fouetter ou me fesser. Ce n'est pas parce que tu es fan d'Hannibal, que je vais tuer quelqu'un pour te le servir à dîner.

vendettanb
1
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les pires films que j'ai vu, Films vus en 2015 et Les pires films américains

il y a 7 ans

10 j'aime

Cinquante Nuances de Grey
Socinien
3

Viol en réunion

100 millions d'exemplaires vendus, un matraquage depuis des mois à coup de rumeurs de tournage, une omerta de la critique journalistique avant la sortie officielle, un soupçon de souffre et...

Lire la critique

il y a 7 ans

355 j'aime

78

Cinquante Nuances de Grey
blig
2

Le loup de Balls Street

Conversation téléphonique longue distance Seattle-New-York, une nuit chaude et électrique du mois de mai, entre un maître dominateur et son élève : Maître, Anastasia est partie... La pute...

Lire la critique

il y a 7 ans

272 j'aime

25

Cinquante Nuances de Grey
Voracinéphile
2

Cuir ou salopette ?

J'enfonce ma carte dans le distributeur. Les portes s'écartent devant moi. Une forte odeur de bourgeoise envahit mes narines. L'éclairage tamisé révèle des rangées de fauteuil d'un rouge affriolent...

Lire la critique

il y a 7 ans

182 j'aime

27

Bug
vendettanb
3
Bug

Critique de Bug par vendettanb

J'ai galéré à tenir jusqu'au bout. Je ne suis pas un grand connaisseur de William Friedkin, ni du genre du film psychologique de psychopathe halluciné. Michael Shannon est un très bon acteur, même...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

The Wicker Man
vendettanb
7

Critique de The Wicker Man par vendettanb

Le dieu d'osier est un film bizarre, très étrange. C'est plus un film policier qu'un film d'épouvante/d'horreur. On découvre une île et ses habitants au comportement étrange et aux coutumes...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

1

Gomorra
vendettanb
8
Gomorra

Critique de Gomorra par vendettanb

Ceci n'est pas une critique, juste une constation Des mafieux qui ne font pas dans la dentelle. A coté d'eux les mafieux de "The Soprano" et de "Mafiosa" sont des Bisounours. Les mecs y vont à coup...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime