Télé-réalité...

Avis sur Citizenfour

Avatar nostromo
Critique publiée par le

Citizenfour est plus le portrait d'un homme qu'un documentaire sur la surveillance généralisée organisée par la NSA. Je pensais que l'on entrerait en détail dans les rouages de l'affaire, les organigrammes de ce gigantesque mécanisme. Mais en fait le but de Laura Poitras, la réalisatrice, n'est pas tant d'expliquer le scandale, que de révéler celui par qui il advient, laissant à notre mémoire le soin de remplir les blancs de la narration. Une fois comprise cette intention, Citizenfour , qui désarçonne au départ, devient plus lisible et plus appréciable.

Personnellement je regrette toujours que la France n'ait pas donné l'asile politique à Edward Snowden. Cet homme, nous apprenons à le connaitre (un petit peu) dans l'intimité de sa chambre d'hôtel à Hongkong. Car c'est là un intérêt majeur du documentaire que d'avoir été filmé par quelqu'un que Snowden avait contacté avant ses révélations. On retrouvera dans cette chambre d'hôtel, les journalistes Ewen MacAskill et Glenn Greenwald qui écriront les articles explosifs dans les versions US et anglaises du Guardian. Il est d'autant plus passionnant de voir cette histoire se faire devant nos yeux que les protagonistes sont bien conscients des conséquences énormes de leurs actions. Citizenfour est un peu le "make of" d'un scandal global.

On voit un Snowden au début très souriant, très enthousiaste. Il le dit lui-même: il se sent bien de faire ce qu'il fait. Il est intéressant de voir cette ombre grandir sur son visage, au fur et à mesure que les jours passent et que la gravité de sa situation lui apparaît plus clairement. Cet assombrissement du regard de Snowden en dit long sur le sacrifice (peut-être pas si anticipé que cela) que le whistleblower a dû consentir pour faire éclater la vérité. C'est cet aspect du film qui m'a beaucoup plu, comme j'ai apprécié de voir aussi un court passage avec Assange, qui a aidé Snowden à quitter Hongkong.

Poitras insiste sur l'immensité du travail de la NSA, les implications sinistres de ce travail. On fait un tour au Brésil où le journaliste Greenwald montre aux brésiliens comment les Américains interceptent les câbles de leur internet. On part à Berlin où les Allemands ont appris que leur chancelière était personnellement espionnée etc...On voit les intervenants embarrassés de la NSA devant les comités...
Mais les aspects techniques s'effacent un peu devant l’énormité de la menace globale montrée par Snowden et sont aussi éclipsés par le bref mais touchant portrait d'un type qui a fichu sa vie en l'air pour prévenir ses concitoyens. Un chouette documentaire, un peu trop sec et statique dans la forme mais engageant dans son portrait de Snowden et bien sûr absolument nécessaire dans sa dénonciation.. Recommandé!!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 170 fois
1 apprécie

Autres actions de nostromo Citizenfour