L'étreinte de la paranoïa.

Avis sur Citizenfour

Avatar Yellocrock
Critique publiée par le

C'est un documentaire qui laisse à la fois sans voix, mais aussi dans une profonde tétanie. Comment le monde en est arrivé là ? Comment en est-on arrivé à coller aussi près de ce qu'à pu écrire George Orwell ou Aldous Huxley ?

Le film retrace comment Laura Poitras et Glenn Greenwald en sont venus à être contactés par "CitizenFour", un mystérieux informateur possédant selon ses dires des informations et connaissances terrifiantes sur ce que prépare les nations occidentales au niveau du réseau internet et des télécommunications. Leur demandant la plus extrême prudence et de suivre un protocole très précis pour éviter tout repérage, celui-ci leur donne rendez-vous dans un chambre d'hôtel à Hong Kong, pays régis par deux systèmes différents rendant toute procédure d'extradition plus compliquée. Dans cette ville, un lundi, ils rencontrent tout les deux Edward Snowden.

Ce film dépasse tout ce qu'à pu imaginer John Le Carré, Ian Flemming, Tom Clancy, etc... On est face à un homme qui sait absolument tout de ce que prépare les États-Unis et ses alliés en terme de flicage, espionnage et surveillance de sa propre population. On assiste au témoignage d'un homme qui tente de dévoiler, au prix de sa propre liberté et de la proximité de ses proches, un projet qui fera trembler sur ses bases toutes les "démocraties" occidentales.

Est-ce qu'il agit pour son compte ? Pour le compte de quelqu'un d'autre ? Joue-t-il un double jeu avec un autre pays ? Tout les événements et la narration font plutôt penser que Snowden a juste réaliser que ce sur quoi il travaillait à la NSA était abominable. Lui, l'analyste réseau de la CIA et de la NSA, prend tout les risques possibles pour dévoiler ce qui fera date comme un tournant de civilisation.

Car le plus dingue dans cette histoire, c'est à quel point la paranoïa étreint Snowden. Il sait qu'il aura des problèmes, et Greenwald et Poitras essayent de reporter le plus tard possible cette échéance. Tout, que ce soit les téléphones fixes, les webcams, les portables font craindre Snowden. On assiste aux révélations de la même façon que les journalistes les ont reçus. C'est la force de ce film, rendre compte de l'énormité et de la proportion que prend ces révélations.

Ces trois personnes resteront comme des héros mondiaux modernes. Edward Snowden est condamnée a vivre une vie de fuite perpétuelle, réfugié pour l'instant en Russie. Ironie des choses, de se dire que c'est l'un des pays les moins démocratique au monde qui protège l'homme des révélations. C'est jusqu'à se demander si on assiste pas à un basculement d'ordre hiérarchique mondiale, et au début de la fin pour l'occident. Tout ça à cause d'une dérive sécuritaire provoquée par les attentats du 11 septembre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 252 fois
Aucun vote pour le moment

Yellocrock a ajouté ce documentaire à 2 listes Citizenfour

Autres actions de Yellocrock Citizenfour