Affaire Snowden: Poitras créée la paranoÏa

Avis sur Citizenfour

Avatar melimelou
Critique publiée par le

Laura Poitras nous livre le dernier épisode d’une trilogie emblématique traitant de l’après 11 septembre américain. Cette œuvre est le résultat de deux ans de travail clandestin sur les révélations faites par un certain Edouard Snowden, informaticien auprès de la CIA qui divulgue l’existence d’un système de surveillance généralisé opéré par la NSA, derrière le logiciel PRISM. Il rentre en contact avec la réalisatrice, par messages cryptés, signés « CitizenFour » qui méfiante au départ se jette à cœur perdu dans l’histoire, avec Gleen Greenwald journaliste d’investigation et un reporter du Guardian. Tous prennent la route pour rejoindre le dit « Edward Snowden » dans une chambre d’hôtel à Hong Kong, où la réalisatrice voyage sous fausse identité.
« Elle ne savait pas dans quoi elle s’embarquait, mais était animée par ce devoir que tous deux ont en commun, rendre public ce scoop ». Mais elle ne s’imaginait pas la portée de ces confidences, et se pose la question de savoir comment révéler ces informations au public.
A travers ce film, nous mesurons la charge du travail réalisé, un des moments clés de notre histoire, capturé par de brillantes investigations et déclarations. La documentariste nous mène dans les coulisses d’un huis clos où se mélangent suspense, tension, paranoïa et devoir de vérité. La trame du film est menée par une musique s’apparentant à des battements de cœur.
L’interview apparaît comme une relation interdite, où se mélange excitation et peur, un long moment d’angoisse permanent. Mais, malgré l’ambiance pesante qui y règne, la confiance s’installe entre les deux protagonistes ; Laura Poitras et Edouard Snowden. La documentariste se pose seulement en témoin de ces événements, n’intervient pas ou très peu en laissant les aveux se faire naturellement face à la caméra.
Plus qu’un simple témoignage, ce documentaire est une remise en question de la liberté d’information, et ses limites. Le film nous interroge sur le statut du lanceur d’alerte dans notre société aujourd’hui, vrai héros ou mouchard de la démocratie surfant à la frontière de la désobéissance civique. Un travail de qualité que nous propose la documentariste, incorporant de réelles images médiatiques dans le film.
Très bien filmé, ce long métrage de Laura Poitras pose la question de la régulation d’internet gérée par des organismes qui sont tous basés aux Etats-Unis. Ce scandale autour de la collecte d’infos par les Etats-Unis va faire émerger la question de la légitimité du logiciel, PRISM et va créer la paranoïa chez les habitants en Amérique et se propager jusqu’en Europe.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 163 fois
1 apprécie

Autres actions de melimelou Citizenfour