No drug

Avis sur Clean

Avatar Borat 8
Critique publiée par le

Et si le dernier rôle majeur d'une des plus grandes actrices hong-kongaises était dans un film français ? Aussi improbable soit-il, c'est bel et bien le cas de Maggie Cheung avec ce film réalisé par son ex-mari Olivier Assayas. L'actrice a bien joué dans 2046 (Wong Kar Wai, 2004), mais le tournage s'est mal passé et la plupart de ses scènes ont été jeté à la poubelle. Quentin Tarantino était parvenu à la sortir de sa retraite anticipée pour Inglourious Basterds (2009), mais là aussi son rôle a été coupé.

Clean est donc son dernier film en tant que vedette et probablement un de ses rôles les plus touchants. Elle incarne une rock star sur le retour dont le mari vient de mourir (James Johnston). Elle galère de boulot en boulot à Paname, tout en essayant de renouer le contact avec un enfant qu'elle n'a jamais élevé. Clean est très simple dans ses enjeux, reposant en grande partie sur Cheung et ses échanges réguliers avec son beau-père (Nick Nolte).

La rédemption de l'héroïne se fera dans une certaine solitude, largement évoquée à partir d'An ending de Brian Eno (1983). Un morceau qui servait déjà à montrer les errements de Cillian Murphy dans le Londres désert de 28 jours plus tard (Danny Boyle, 2002), confirmant ici l'isolement de Cheung dans une ville qui grouille de personnes. Un personnage qui essaye de provoquer la chance, de renouer avec un fils qui ne veut pas la connaître (James Dennis) et de se sevrer définitivement.

Un parcours difficile effectué dans une certaine indifférence (les amis ne vous aident pas longtemps) et la seule trace d'humanité concrète qu'elle reçoit vient d'un beau-père compatissant. Si Maggie Cheung est absolument géniale (d'autant qu'elle cumule les langues, dont un français plus que convaincant), Nick Nolte se révèle particulièrement touchant en vieil homme fatigué, essayant de sauver les meubles discrètement et d'anticiper un futur évident en rapprochant deux êtres qui ne se connaissent pas et ne désirent que de se rencontrer.

Olivier Assayas signe un beau film, illuminé par ses deux acteurs principaux. Puis Maggie Cheung chante divinement bien.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 45 fois
Aucun vote pour le moment

Borat 8 a ajouté ce film à 2 listes Clean

  • Films
    Cover Mad France (2000-2019)

    Mad France (2000-2019)

    Contrairement à d'autres listes Mad, ici je ne parle que de films (français ou réalisés par des français) que j'aime à divers...

  • Films
    Affiche Bad Boys II

    Journal de bord 2020

    Avec : Bad Boys II, La Proie, Tais-toi !, Le Manoir,

Autres actions de Borat 8 Clean