Clerks : comment un jeune réalisateur donne une leçon de cinéma.

Avis sur Clerks, les employés modèles

Avatar Edouard Lack
Critique publiée par le

Bonjour chers collègues internautes cinéphiles.

Tout d'abord, il faut que Clerks est simplement mais surement un chef d'oeuvre à sa façon.
Il ne répond à aucun code classique du cinéma : la caméra est très souvent sans mouvement et paraissant fade, la narration n'évolue pas tant que ça, décor casi inexsistants, etc...

Mais alors, pourquoi est-ce que Clerks est si extraordinaire alors ?
Un mot : dialogues ! En effet, Kevin Smith est à l'époque un jeune réalisateur de (seulement) 24 ans à l'époque (1994). Il a alors, comme tout réalisateur la force de l'âge, une irrésistible envie de faire quelque chose "qui compte" en se lançant dans l'ultime aventure, à savoir : son premier long-métrage de fiction.

Malheureusement pour notre bon Kevin, son scénario convainc très peu les maisons de productions qui refusent toutes les unes après les autres de prendre financièrement en main le projet... Mais Mr Smith n'a bien sur pas dit son dernier mot ! Il retrousse ses manches, vend ses comic books d'époque, empreinte un peu d'argent à sa famille et à ses amis et réunis la dérisoire somme de 27 000 dollars avec laquelle il va devoir boucler son premier long-métrage... Youpi... Je crois ?

Enfin bref, il tourne son film, le monte et là... C'est la totale consécration ! Environ 4 000 000 de dollars de recette dans le monde à la fin de son exploitation...

"MAIS DIS NOUS POURQUOI EDOUARD !!!" J'y viens les enfants, j'y viens ... Bande de petits frippons impatients...
Si le film est devenu si culte et remarquable, c'est bien grâce à ses dialogues.
Le film, en soit, n'est que 92 minutes de dialogues... Mais ils sont purs, bien écris et si extraordinairement ordinaires que le film n'a besoin de rien de plus pour être génial.
Les rapports aussi ordinaires que profonds qu'entretiennent les personnages entre eux sont si bien écrits que l'on ne voit pas la différence entre le film et la réalité. Ils sont uniques, touchants et si sincères qu'il est impossible de penser que le réalisateur a créé des personnages mais bien qu'il leur a donné naissance tant il a aimé les écrires...

Pour résumé, Clerks est une perle complètement unique en son genre. Il est, sur votre culture cinématographique, rien de plus que le plus doux des vents d'été qui vient vous caresser le visage alors que vous êtes allongé dans un champ de blé sous 25 degrés à la mi-août.
Si vous n'avez pas encore vu ce bijou, foncez ! Vous ne le regretterez pas !

Sur ce, je vous laisse, c'était Edouard. Over.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 37 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Edouard Lack Clerks, les employés modèles