Imparfait mais tellement généreux !

Avis sur Coco

Avatar Rémi Mazenod
Critique publiée par le

Pixar l'a démontré et re-démontré, ils sont les meilleurs "faiseurs" d'histoires à destination des enfants mais aussi des adultes. Et comme d'habitude, ils ont récidivé.

Traiter les thèmes du deuil et surtout du devoir de mémoire dans un film d'animation grand public de façon aussi frontale est assez osé et le pari est largement remporté. La clé réside, comme bien souvent, dans la construction et l'écriture des personnages. Miguel est un personnage immédiatement attachant, tant l'injustice à laquelle il doit faire face est immense. On sent sa fougue, son envie de suivre ses envies, en dépit des obstacles dressés par sa famille. Si, sur le papier, les motivations de sa grand-mère peuvent paraitre obscures et franchement irrationnelles, il n'en demeure pas moins qu'elles sont traitées de sorte à ce que l'on comprenne sincèrement son point de vue. Pour ce qui est des personnages introduits au Royaume des Morts, je préfère m'abstenir de trop en dire, laissons le plaisir de la découverte aux curieux. Tout ce beau monde est inclus dans un univers ultra respectueux de la culture mexicaine, fourmillant de détails, de références pas si évidentes que ça (Santo, vraiment ?!). L'ensemble est magnifié par les compositions musicales et le rendu des effets visuels (l'eau est à pleurer de réalisme). Ayant vu le film en VO, j'ai d'autant plus apprécié le fait qu'une place importante ait été accordée à l'espagnol, quand bien même la très grande majorité des dialogues et des chansons restent en anglais.

Là où le bât blesse, c'est dans la structure du récit. Difficile de faire plus prévisible, le final se devine avant la seconde partie du film. On peut rajouter une entrée au monde des morts d'une rapidité alarmante, un univers avec quelques incohérences (faudrait m'expliquer comment un squelette mange et boit) et des repères temporels assez obscurs (un comble quand on t'explique que Miguel doit recevoir sa bénédiction avant le levée du soleil, l'enjeu et le sentiment d'urgence en prenne pour leur grade).

Mais qu'importe ces problèmes ! Le récit a beau avoir l'air d'être sur un tapis roulant et les enjeux amoindris par le manque de repères temporels, le final, aussi prévisible soit-il, n'en est pas moins dévastateur d'efficacité. Pixar s'est fait un nom en mettant en scène des histoires fortes en émotion, Coco ne déroge pas à la règle tant ses dernières minutes prennent aux tripes. La dernière impression est déterminante quant à la vision finale que l'on aura d'une œuvre, celle que j'ai de Coco me fait oublier tous les problèmes que j'ai pu lister en amont. Le film parvient à se montrer très pédagogique et compréhensif dans son approche du travail de mémoire et enfonce le clou avec son apport émotionnel.

Coco, c'est du tout bon, à n'en point douter. En espérant que les futures productions made in Emeryville tendent de ce côté plutôt que vers Cars...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 341 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Rémi Mazenod Coco