Du Modern Lovecraft aux couleurs de l'étrange

Avis sur Color Out of Space

Avatar Erla D.
Critique publiée par le

Well well...
Je suis un admirateur inconditionnel des écrits, de l'univers, de la philosophie Lovecraft (pour le fantastique pas l'autre versant plus accroché à l'époque hein)
Et quand j'ai attendu avec ardeur l'adaptation de ce film qui me semblait être finalement la première grande adaptation hollywoodienne d'un Lovecraft (en zappant donc tous les nanars à foison et les projets "inspirés par".
Et donc, une adaptation modernisée et réécrite de la nouvelle. Je ne vous cache que j'espérai tout au long du film une certaine attache à la trame originale qui à mon sens, pouvait être totalement suivie et modernisée pour qu'elle se déroule à notre époque. Le réalisateur a fait un tout autre choix et j'ai eu du mal sur certains passages clés de l'histoire, comme passer plus ou moins à coté de la météorite, qui n'est rapidement plus au centre de l'histoire, ou encore les Alpagas (?!!), les caractères des enfants (la fille sorcière -_-'), la temporalité ramenée à seulement quelques jours ou encore le peu de place que prend l'évolution de la faune et la flore dans l'environnement de la ferme.

Le dénouement m'a fait comprendre à quel point les partis pris avaient du sens et ne dénaturait finalement pas le matériau de base. La folie de CAGE toujours aussi bien adaptée à ce genre de récit (on se demande même s'il ne sait pas plus que faire ça le bonhomme).
Sans trop vouloir spoiler, la réalisation est loin d'être mauvaise, certains effets datés
"""(le combo mix alpaga à la fin)""" qui rappellent énormément les films tels que The Thing et quelques bonds technologiques un peu plus aboutis.
Et la couleur. Difficile et personne ne pourra rendre authentique sur une image l'idée même de cette couleur que seul le lecteur peut vraiment voir dans la nouvelle. Ici, le parti pris de ce nuancier rose violet fonctionne. Tout fonctionne finalement bien sur le coté visuel. On voit bien que ce n'est pas du budget de blockbuster mais c'est finalement bien mieux ainsi.

Au final, si j'ai été perturbé par certains choix de personnages, de modifications de la trame ou encore de choix de mise en scène, il a fallu les vingt dernières minutes pour que je comprenne pourquoi, certains choix avait été fait et le final se réappropriant bien tout ce que le décor avait planté. Le fond est respecté voire honoré de ce final dantesque (dans le sens de ce genre de récit hein) où il ne manquait que la matérialisation physique de notre "Némésis littéraire non identifiée" pour que cela soit parfait.

The Colour out of Space est une bonne relecture moderne et respectueuse de la nouvelle de Lovecraft, malgré ses petits virages vis à vis du matériel de base. Une bonne expérience si aurait pu bien évidemment encore plus transcender le papier vers l'écran mais, je suis partant pour un autre tour de chauffe avec Richard Stanley aux commandes !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 289 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Erla D. Color Out of Space