Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Titi & Grosminet au Far West

Avis sur Colorado

Avatar ElDiablo
Critique publiée par le (modifiée le )

Un Sergio pour les gouverner tous ?

Le Western all'italiana dont le maître incontesté Sergio Leone, est un genre capable du pire comme du meilleur. Voulant à tout prix surfé sur la vague Leone, un tsunami de films moyens, voir médiocres fleurissaient. Toutefois certains réalisateurs appuyés par des scénaristes de talent ont réussi à se rapprocher de la qualité des œuvres de Leone, tout en restant « originales » et personnelles. Pour moi les réalisateurs concernés sont Sergio Sollima et Sergio Corbucci, apparemment pour être un grand réalisateur de western italien, il faut avoir comme prénom Sergio. J'avoue honteusement que Colorado est mon premier film de Sollima... Enfin, il faut un début à tout.
Tout ça pour dire que Colorado est un grand western, très proche des films de Leone, et très loin de la plupart des westerns spaghetti (malgré tout très appréciables pour la plupart) parfois maladroits et usant de trop de la facilité, voir étant des réalisations vaudevilles.

Une réalisation aux petits oignons

Pour son film Sollima s'est entouré des meilleurs, pour le script un scénariste très prisé Sergio Donati (Qu'est-ce que je disais ?!). Un ami de Sergio Leone l'ayant aidé à plusieurs reprises, entre autres sur : Il était une fois dans L'ouest, et Le Bon, la Brute, et le Truand. Et bien sûr le mastro Ennio Morricone pour la bande originale, d'ailleurs petite anecdote le thème du duel final est utilisé dans Inglourious Basterds. Vrai anectdote cette fois le nom Orginal du film est un titre d'Ennio Morricone utilisé dans Et.. Pour quelques dollars de plus, raison pour laquelle Leone dénonça le film.

Faisons les choses dans l'ordre, tout d'abord la réalisation de Sollima. Comment dire ça... C'est très habile, intelligent, et magnifiquement mené, soyons sérieux, c'est tout simplement un coup de génie. Il suffit de voir les premières minutes du film pour se rendre compte du talent du monsieur, et surtout une scène qui à mes yeux est la plus marquante du film : la fuite de Cuccilio escaladant dans le désert, c'est indicible ! À voir pour le croire. Dans Colorado Sollima par son talent arrive vraiment à faire plaisir aux adeptes du western, en tout cas, j'ai été comblé (après je ne prétends pas être expert du genre).

Concernant le casting disons qu'il contribue en partie à la réussite du film, mais pour ma part, c'est vraiment loin d'être le point le plus déterminant. Pourtant côté casting rien à redire, il est parfait, les acteurs ont de la gueule, les actrices mamma mia ! Et puis Lee Van Cleef en vedette dans un de ses meilleurs rôles. Mais mention spéciale Thomàs Millian dans son rôle de Cuchillo, représentant du peuple.

La Proie !

En vérité, le scénario est plus complexe mêlant enjeux politiques, critique du système judiciaire, intérêts financiers, place de la femme, critique des privilèges entre riche et pauvre, et j'en passe. En vérité, le scénario est plus complexe mêlant enjeux politiques, critique du système judiciaire, intérêts financiers, place de la femme, critique des privilèges entre riche et pauvre, et j'en passe. Un film très riche intellectuellement en somme, c'est vraiment pour cette raison que j'aime le western, c'est un genre si complet et riche. (je ne me lance pas dans ce débat sinon ça risque de prendre quelques lignes de trop et surtout être hors sujet). Vu ce qui est traité, on s'attend donc à des personnages intéressants et complexes, et c'est le cas. Toutefois, la plupart ne sont pas suffisamment présents. La raison est simple, car dès que Corbett (Lee Van Cleef) part à la poursuite de Cuchillo, nos amis traversent des lieux très différents et donc des personnages qui le sont également. On visite le Texas en passant par une ville, un Ranch, le désert, puis on se retrouve au Mexique avec ses curiosités locales.

Ce jeu du chat et de la souris est très habillement scénarisé et mis en scène. Le point le plus percutant vient des répliques et scènes entre nos deux protagonistes. Tantôt par les ruses de Cuchillo, tantôt par la classe qu'impose notre chasseur de prime incorruptible (dans tous les sens du terme). La note d'humour dans le tableau sombre et poisseux qu'impose le film vient de Cuchillo et des scènes ou Corbect en prend pour son grade. C'est d'ailleurs très judicieux d'avoir dépeint Corbett au début du film comme un homme intouchable, pour peu à peu perdre de sa grandeur légendaire,suite à la rencontre de Cuchillo. Alors certes, on devine très vite comment l'histoire va finir, mais ce n'est pas vraiment un souci vu l'ingéniosité de Sollima dans sa réalisation.

En ce qui concerne la musique disons qu'elle est relativement discrète, du moins dans la majeure partie du film. Mais elle n'en reste pas moins de très bonne facture. C'est vraiment dans les 15 dernières minutes du film qu'elle impose ça présence, il faut dire que le chapitre final de l'œuvre tient en haleine et en respect. Musicalement, c'est encore un chef-d'œuvre de Morricone « et puis c'est tout ».

Colorado est un excellent film, et un bon moyen pour les néophytes de découvrir un autre western que ceux de Leone. Les grands thèmes et codes du genre sont utilisés dans cette œuvre de Sollima, c'est crasseux, classe par le charisme fou des personnages, parfois violent, parfois drôle, sans tomber dans le parodique et le prétentieux. Ce film est ambitieux en termes de réalisation, mais le pari est gagné, car Sollima n'est pas tombé le piège de la facilité.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1213 fois
34 apprécient

Autres actions de ElDiablo Colorado