👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le septième et dernier western de la fameuse association Budd Boetticher - Randolph Scott et non un des moindres. Pour Senscritique, ce sera la première critique de la série des sept westerns.
La première chose à dire est que c'est un film à petit budget et pourtant il est somptueux ...
D'abord, le scénario, plutôt subtil dans un cadre très classique, car les personnages se découvrent peu à peu, au hasard des confidences ou des réflexions, car la fin est amenée très progressivement et est surprenante pour qui regarde le film pour la première fois.
Ensuite des scènes extrêmement bien filmées comme par exemple la scène initiale où Randolph Scott négocie avec les indiens dans une atmosphère tendue. Je n'ai pas chronométré la scène mais elle dure au moins cinq minutes sans qu'il n'y ait une seule parole échangée ; Randolph Scott est au fond d'une petite vallée alors que les indiens dominent la scène eux mêmes filmés en contre plongée dans un splendide ciel bleu accentuant l'impression de danger (celui qu'on sent mais qu'on ne voit pas).
De même la scène au bord de la rivière où Nancy Gates, pas rassurée, entend des hululements puis, la caméra ayant quitté les lieux, on entend un grand cri alors que la rivière charrie le corps d'un des comparses.
Et puis il y a le sens que Boetticher donne au film : les deux jeunes, à la dérive, qui rêvent d'une vie plus calme ou plus normale où on n'a pas besoin de tuer pour vivre, le rôle empreint d'une grande sagesse de Randolph Scott avec son chagrin rentré mais dont sa quête sans fin ne lui apporte que la satisfaction du devoir accompli
Les indiens ne sont pas non plus stigmatisés : s'ils se montrent agressifs, ce n'est pas par nature mais uniquement par vengeance suite à un massacre perpétré contre un de leurs camps par des blancs.
Sans parler des petites trouvailles scénaristiques comme le bain forcé infligé par Randolph Scott à Nancy Gates pour la protéger, la rédemption finale de Ben Lane (Claude Akins), ...
La scène finale, magnifique de pudeur et respect, n'est pas sans ressembler à la scène finale de la prisonnière du désert, tout aussi magnifique dans un autre registre, avec John Wayne
Ce que je retiens de ce petit western qui ne dure que 75 minutes environ, c'est surtout la grande noblesse du cavalier solitaire Randolph Scott.

JeanG55
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Westerns

il y a plus d’un an

1 j'aime

Comanche Station
Ugly
8

L'art du dépouillement selon Boetticher

Je termine le cycle des 7 westerns réalisés par Budd Boetticher avec sa vedette Randolph Scott, et déjà j'ai un petit coup de blues de quitter cette association qui fut mirifique et qui nous a offert...

Lire la critique

il y a 1 an

23 j'aime

9

Comanche Station
Pruneau
7

Oh hisse éculé

Un scénario archi éculé. Randolph Scott (62 ans...) échange une femme blanche prisonnière des Indiens contre des objets de pacotille, sans savoir que son mari a promis 5000 dollars pour qui la...

Lire la critique

il y a 9 ans

9 j'aime

Comanche Station
mazthemaz
7

Tous unis contre les Comanches

Ultime volet du cycle Ranown, Comanche Station le conclut de fort belle manière, grâce à un nouveau scénario de qualité signé Burt Kennedy, et à un retour dans les emblématiques paysages minéraux de...

Lire la critique

il y a 4 ans

9 j'aime

1

La Mort aux trousses
JeanG55
9

La mort aux trousses

"La Mort aux trousses", c'est le film mythique, aux nombreuses scènes cultissimes. C'est le film qu'on voit à 14 ou 15 ans au cinéma ou à la télé et dont on sort très impressionné : vingt ou quarante...

Lire la critique

il y a 7 mois

18 j'aime

17

La Chute de l'empire romain
JeanG55
9

La chute de l'empire romain

"La chute de l'empire romain" a été repris dans Gladiator de Ridley Scott trente six ans plus tard sur les mêmes bases scénaristiques : la guerre contre les barbares nordiques par Marc-Aurèle, la...

Lire la critique

il y a 10 mois

18 j'aime

13

La Nuit des généraux
JeanG55
8

Histoire d'un général criminel.

"La nuit des généraux" est un film que j'ai vu à plusieurs reprises toujours avec le même intérêt et, pourquoi pas, le même plaisir. Je ne sais pas s'il y a une référence historique à une personne...

Lire la critique

il y a 8 mois

17 j'aime

4