Advertisement

"Le vermouth des intrépides"

Avis sur Comment réussir quand on est con et pleurnichard

Avatar Broyax
Critique publiée par le

Y a pas à dire, Michel Audiard sait toujours très bien s'entourer, y compris et surtout lorsqu'il s'égare à tourner des nanars épouvantables comme celui-là... Le titre à rallonge n'est certes pas garant d'un quelconque génie et en vérité bien trop souvent inversement proportionnel à la "qualité" du film lui-même...

Carmet, Rochefort, Audran, Marielle, du beau monde pour déclamer les répliques du grand dialoguiste... ici un brin fatigué ou à court d'idées poétiques... malgré justement un Carmet en poète con et pleurnichard (et même s'il ne s'agit pas du seul con dans cette espèce d'histoire de comptoir). Birkin se tortille et montre son petit cul tandis que d'autres montrent les tétons : on est pas loin du "Collaro Show" ou autres sinistres conneries de l'époque plus ou moins graveleuses.

Il nous faut donc être des spectateurs très intrépides pour tenir jusqu'à la fin de ce navet qui peine à faire sourire ; l'indulgence et la sympathie, que dis-je, l'admiration extrême pour le grand Michel ne peut masquer l'immense déception face à un tel "produit", fait de bric et de broc et bâclé de A à Z. La distribution n'y peut rien et coule à pic avec cette épave.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 135 fois
Aucun vote pour le moment

Broyax a ajouté ce film à 1 liste Comment réussir quand on est con et pleurnichard

Autres actions de Broyax Comment réussir quand on est con et pleurnichard