👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Bill Douglas était un réalisateur anglais totalement inconnu de par chez nous. La sortie de Comrades en Blu-Ray anglais, accompagné de sous-titres français (ce qui est rare chez des éditeurs hors Majors) et d'une réputation flatteuse m'a fait m'y pencher.

Et si bien entendu, je ne connaissais pas l'histoire des martyrs de Tolpuddle (en gros, ce sont six hommes qui ont été expulsés dans un bagne australien au début du XIXe siècle pour avoir crée un pacte de fraternité dans un syndicat qui prône l'amitié), j'avoue que la vision du film est parfois difficile, ne serait-ce que par des détails politiques sur l'Angleterre de l'époque, ou alors l'accent très prononcé qu'ont tous ces personnages du Dorset, qui donnent l'impression de marmonner.

SI le film est parfois très complexe, il paie en retour par un visuel absolument incroyable (et magnifié par la qualité du Blu-Ray) ; les plans de Bill Douglas sont composés comme des tableaux, avec une attention aux détails sidérante (vêtements, coutumes, langage...).
Plus d'une fois, par l'ambiance dégagée par le film, ça m'a fait penser à du Bresson ou, plus encore, à Andreï Tarkovski dans la composition à la fois froide et plastiquement irréprochable.

Le film se passe surtout dans deux pays ; l'Angleterre et l'Australie, et dans ce dernier pays, le contraste est violent avec des couleurs très chaudes, et une caméra un peu plus en alerte, à l'image des six camarades qui vont trouver un plan pour échapper à leur bourreau de militaire.

Les acteurs sont relativement peu connus, mais on voit quelques têtes bien connues comme Keith Allen, Vanessa Redgrave ou Imelda Staunton (qui est la même en 1987 et en 2012, c'est fou).

Au final, c'est un film qui est très difficile, d'une lenteur qui peut faire fuir (et ça dure 3 heures), on peut ne pas tout comprendre, mais cela fait partie de ces œuvres dont le visuel emporte tout, et on sent ailleurs...
Boubakar
6
Écrit par

il y a 10 ans

4 j'aime

1 commentaire

Comrades
Morrinson
8
Comrades

Naissance d'une conscience de classe

Il y a deux courants moteurs au cœur du dernier film que tourna Bill Douglas presque dix ans après sa célèbre trilogie autobiographique (My Childhood / My Ain Folk / My Way Home). D'une part...

Lire la critique

il y a 5 ans

7 j'aime

5

Comrades
Plume231
7
Comrades

Remember Thine End !

Je suis venu vers ce film assez à reculons du fait que j'avais trouvé la trilogie autobiographique du réalisateur Bill Douglas creuse et prétentieuse. Mais faut partir du principe que tout artiste a...

Lire la critique

il y a 5 ans

5 j'aime

3

Comrades
Boubakar
6
Comrades

Les martyrs de Tolpuddle.

Bill Douglas était un réalisateur anglais totalement inconnu de par chez nous. La sortie de Comrades en Blu-Ray anglais, accompagné de sous-titres français (ce qui est rare chez des éditeurs hors...

Lire la critique

il y a 10 ans

4 j'aime

1

Total recall
Boubakar
7
Total recall

Arnold Strong.

Longtemps attendues, les mémoires de Arnold Schwarzenegger laissent au bout du compte un sentiment mitigé. Sa vie nous est narrée, de son enfance dans un village modeste en Autriche, en passant par...

Lire la critique

il y a 9 ans

43 j'aime

3

Dragon Ball Z : Battle of Gods
Boubakar
3

God save Goku.

Ce nouveau film est situé après la victoire contre Majin Buu, et peu avant la naissance de Pan (la précision a son importance), et met en scène le dieu de la destruction, Bils (proche de bière, en...

Lire la critique

il y a 8 ans

42 j'aime

11

De rouille et d'os
Boubakar
9

La rencontre entre la destruction et la reconstruction.

Comme souvent, je vais voir un film en en sachant le moins possible (d'ailleurs, je n'ai pas vu la bande-annonce), tout au plus, je savais qu'il était question d'amputation, et c'est tout. Et ce que...

Lire la critique

il y a 10 ans

37 j'aime

1