Advertisement

Un barbare sinon rien.

Avis sur Conan le Barbare

Avatar DjeeVanCleef
Critique publiée par le

http://youtu.be/xteoc9zrC2w

Tu permets que je t'appelle Conan ?

Je sais qu'avant la fin de ce petit texte, je vais mettre la note maximale à ce film. Car je suis toujours scotché. Du début à la fin. Essoufflé, subjugué, amusé, effrayé, hypnotisé. Je redeviens ce môme qui vibrait en t'admirant la première fois, Conan. La deuxième aussi. Et puis la troisième...

Tu permets que je t'appelle Conan ou pas ?

Un film unique qui va jarter un autre film unique (à mes yeux) de mon top 10 car c'est comme ça, il y a des pulsions qu'on a le droit d'assouvir. C'est un devoir même.

C'est tellement pas évident de parvenir à ça hein, Conan ?

Car on nous a prouvé par la suite qu'un personnage aussi grand soit il ne suffit pas à faire un grand film, je pense ici à l'affreuse suite réalisée par Fleischer, et aussi à cette grosse bouse qui pue sa mère de remake avec l'Hawaïen. Un Hawaïen putain. Pourquoi pas un autrichien avec les dents du bonheur pour jouer ce barbare destiné à devenir roi ?

Ou alors, faut avoir une vision. Car c'est ça, c'est la vision de Milius (et un peu d'Oliver Stone peut-être) qui fait de ce film la plus éclatante représentation du Cimmérien mais pas seulement. C'est aussi et surtout un sommet d'aventures, avec un village attaqué par des géants, car entre nous, qui sont ces gens pour un enfant si c'est pas des géants. Voir ton père dévoré par des chiens, ta mère qui perd la tête et lâche ta petite main. Devenir esclave, gladiateur mais ne jamais oublier que c'est le feu et l'acier qui coule dans tes veines. Nu, libre, poursuivi par les loups et rencontrer Crom dans son tombeau, le Dieu de ton peuple, de ton enfance dans son antre et t'habiller de la peau de tes chasseurs.

La première heure est tellement hallucinante que j'en suis toujours autant sur le cul. Et cette musique Basil, t'es qui pour faire ça ? C'est fou !

Ne jamais pouvoir, vouloir oublier Thulsa Doom et ses yeux. Un homme, un animal à sang froid, aussi laid qu'un noir avec les cheveux longs. C'est la magie, les sorciers, des serpents géants, des orgies où on mange de la soupe, le lotus noir, c'est manger des brochettes de caméléon et trouver ça bon.
C'est devenir voleur et traverser ce monde en fusion avec un arkanien.
Regarder fleurir ces tours, ces minarets dans les citées (Marine putain !), voir grossir les rangs de cette religion et retrouver ceux qui ont fait ce que tu es.

C'est trouver l'amour aussi. Et le perdre.

Mais je t'entends. Oui même si je ne te comprends pas, je t'entends.
Il a vieillit ! Les effets là, c'est un dessin animé ? Je t'entends geindre petit bégueule nourri à la bouillasse lisse numérique. Et la Joconde elle a vieillit aussi. C'est une vieille croûte maintenant. Et je vais te dire, moi aussi j'ai vieilli et je t'emmerde.

Il ne faut pas confondre patine avec le temps qui passe. Même si l'une ne va pas sans l'autre.

Merci à toi Conan. http://youtu.be/OOfmy6zlh_k

Djieke.

(qui rigole pas)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1540 fois
106 apprécient · 3 n'apprécient pas

DjeeVanCleef a ajouté ce film à 15 listes Conan le Barbare

Autres actions de DjeeVanCleef Conan le Barbare