- Conan, what's best in life ?...

Avis sur Conan le Barbare

Avatar Draiv
Critique publiée par le

... - To crush your enemies, see them driven before you and hear the lamentations of their women !

Le film souffre d'un a priori auquel j'ai longtemps souscrit: Conan le Barbare = Conan le décérébré.
Or, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité pour ce film. Certes, il m'a fallu du temps pour finalement m'y mettre (un épisode du Fossoyeur de films & une lecture des nouvelles de Robert E. Howard), mais je suis convaincu aujourd'hui que Conan de John Milius est un OVNI, une oeuvre à part entière. Bien que largement inspirée par l'oeuvre d'Howard, notamment dans la retranscription parfaite d'une ère oubliée peuplée de créatures longtemps disparues (et un chameau), le film permet à Milius d'aborder des thèmes qui n'apparaissent pas ou peu dans les nouvelles: l'immortalité, la quête d'identité & la valeur de la vie. Si l'on perd au change une partie de l'aspect "horreur cosmique" de l'oeuvre d'Howard, le film gagne en profondeur et en mélancolie.

Sans pour autant pouvoir, ni vouloir, le comparer à la trilogie filmique du Seigneur des anneaux, j'ai du mal à penser à d'autres films s'inscrivant dans un univers fantasy avec autant de punch, de souffle épique et qui n'ont pas vieilli (peut être Dark Crystal, dans un genre un peu différent ?). J'ai par contre du mal à ne pas voir Peter Jackson s'inspirer de quelques plans de Conan & son ami courir gaiement dans les steppes & déserts sous fond d'une B.O. d'anthologie pour filmer la Communauté de l'anneau.

Outre la création d'un univers majestueux, le grand point fort du film réside sûrement dans la création d'un barbare parfait, car humain. Dans l'oeuvre d'Howard, Conan est l'incarnation d'une force primitive, féline, qui surpasse toute opposition civilisée, et qui ne craint que les dangers encore plus anciens que lui: la magie, les entités qui ont survécu à l'évolution du monde... Mais il reste un héros parfait: pas d'erreur de jugement, pas de faiblesse. Dans Conan le Barbare, Arnold incarne un héros tout en muscle certes, capable de faits d'agilité et de force dépassant tout homme civilisé, mais il est fragile. Son ego, sa soif de vengeance, de gloire & de richesses lui dérobent parfois sa capacité de jugement.

Conan est une oeuvre étrange, aussi étrange que l'univers dans lequel il nous plonge. Un film légèrement nanardesque mais incontestablement épique. En regardant ce film, j'ai retrouvé ce qui m'émerveillait devant l'Empire Contre Attaque quand j'étais enfant: Le traitement sérieux d'une histoire qui ne l'est pas. Tout ce qu'il reste à faire pour plonger dans l'univers qui nous est présenté, c'est vouloir y croire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 160 fois
2 apprécient

Autres actions de Draiv Conan le Barbare