Man of Steel

Avis sur Conan le Barbare

Avatar Black_Key
Critique publiée par le

Vois.
Vois comme il vole, lui le colosse au torse glabre. La terre n'a pas d'emprise sur lui, et pour cause, il en vient. Il est une montagne, imaginée par les Dieux, et façonnée par les hommes. Pensé par Crom, Dieu sinistre et inflexible, il s'est élevé en un village paisible, bercé par les contes d'un père aux allures de guide lui enseignant la force de l'acier, de l'épée. Plus qu'une arme, un compagnon indéfectible.

Forcé de poser genou à terre devant deux serpents de jais encadrant un soleil mort, devenu esclave des bourreaux impitoyables de ses parents, il a grandi par la rage. Poussant sans relâche une roue absurdement ronde, peinant dans la chaleur du sable du désert, il est devenu un surhomme. Une machine à combattre, un gladiateur invincible.

Gagnant sa liberté dans une fosse funeste à la force de sa haine, il a parcouru les plaines et ses souterrains, croisé Crom et des loups, des sorcières et des marchands, avant de se lier à un simple voleur adorateur du vent. Ensemble, ils ont dévalé les longues étendues désertiques, éclairés par un soleil pâle, pour renouer avec la civilisation. Une civilisation altérée, gangrénée par une secte adoratrice de serpents, lavant le cerveau de ses adeptes.
Là, sous la terre, à une profondeur où les hommes ne vont que pour mourir, Conan a rencontré sa déesse, une valkyrie aux cheveux éclairant le soleil, alors qu'il exécutait un serpent colossal.

Et le voilà parti, parti défier un culte, un serpent, la crucifixion, la mort, puis y retourner. Le voilà lancé vers un défi inhumain, celui de terrasser une montagne à la seule force de ses mains, celui d'anéantir son créateur, père de ce qu'il est devenu mais pas de son corps.
Condamné par la seule force de l'acier, il a découvert le pouvoir de la chair. A sa puissance physique herculéenne, Conan a ajouté une âme, un esprit fondé par ses compagnons, ses erreurs, ses aventures. Il a grandi. Il a aimé.
Et d'une épée brisée, il a fait une arme fatale. C'est le héros qui fait l'épée et non l'inverse, l'esprit humain a dépassé la force. Le secret de l'acier n'est pas entre ses mains.

Conan vole. Libéré de ses chaînes, d'une partie de ses démons, il flotte sur cette terre, il plane sur ce pays, sur son pays. Il s'élance dans les plaines et plus rien ne le retiendra.
Ce n'est pas un surhomme, ce n'est pas un Dieu, pas un barbare.
C'est un homme.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 371 fois
21 apprécient · 7 n'apprécient pas

Black_Key a ajouté ce film à 2 listes Conan le Barbare

Autres actions de Black_Key Conan le Barbare