« Le mal, c’est la soudaine bascule du quotidien dans l’horreur. » Simonetta Greggio

Avis sur Conjuring 2 : Le Cas Enfield

Avatar François_G_
Critique publiée par le

J'attendais The Conjuring 2 avec une très grande impatience. Le premier film m'avait conquis et marqué, de plus James Wan (Dead Silence) est l'un des seuls réalisateurs de films d'horreur a encore avoir un impact sur le public. Au départ, j'ai eu peur lorsque le metteur en scène de 34 ans a annoncé qu'il arrêtait les films d'épouvante lors du tournage de Fast and Furious 7, mais quand il a lancé le projet de cette suite, je suis partis confiant. Je suis entré confiant dans la salle aujourd'hui, le 30 Juin 2016, et je me suis laissé emporter dans cette nouvelle affaire du couple Warren. Malheureusement, la salle dans laquelle je me suis trouvé avec mes amis était bondée. La plupart des spectateurs, qui avaient entre 14 et 17 ans, étaient tout bonnement insupportables et discutaient tout au long de la séance. Heureusement lors de la dernière heure, la salle s'est tut et a même applaudit lors du générique.
Par ma note, vous pouvez directement conclure que j'ai vraiment apprécié ce film, mais je vais plutôt me poser la question "Est-ce qu'il fait aussi peur que son mentor ?".

The Conjuring 2 : Le Cas Enfield retrace donc une nouvelle enquête d'Ed et Lorraine Warren, après les évènement à Harrisville. Tout d'abord, ce qui m'a particulièrement plu dans ce long-métrage, c'est la reconstitution de l'époque. L'histoire se déroule en 1977, en Angleterre ; les costumes, les décors et les conflits de cette période sont parfaitement bien gérés. L'un des points forts du film est la recherche entre le canular mis en scène et le réel faite par l'Eglise à cette époque. C'est donc pour cela que l'introduction du film est l'affaire Amityville. Cette séquence est d'ailleurs l'une des meilleures du film, tout comme l'était celle avec Annabelle dans The Conjuring premier du nom. Ici, la mise en scène est plus recherchée, et se rapproche des Insidious dans sa mise en image. Le rythme est prenant, les effets visuels et les jumps cut saisissants, le stress est au rendez-vous bien que le démon ne soit aussi dérangeant que la poupée cauchemardesque. Ensuite, le film est plus ambitieux. James Wan pousse l'horreur et ses propos à son paroxysme (notamment dans le derniers tiers), rentrant dans des débats très intéressants et offrant des scènes d'une intensité forte. Le scénario, basé sur une histoire vraie et qui reprend le même schéma narratif que The Conjuring (introduction terrifiante, plan séquence présentant la famille dans la maison, évènements paranormaux et enfin arrivée des Warren), est moins classique que le premier et installe une ambiance immersive magnifique.

La mise en scène de James Wan est très efficace. Sa réalisation est toujours aussi superbe, et parvient à se renouveler avec des travellings et des plans-séquences incroyables ; la caméra est fluide, presque fantômatique, oppressante et parvient à nous faire croire que quelque chose va arriver. En effet James Wan contourne et se sert des clichés du genre pour nous dépasser et faire apparaître une chose à l'écran que l'on pensait voir juste avant. L'angoisse est donc présente par moments, et les jump scares sont souvent très efficaces bien que prévisibles.

Ensuite, le casting est encore une fois très convaincant. Vera Farmiga (Bates Motel) et Patrick Wilson (Watchmen) interprètent de nouveau les Warren avec une grande crédibilité. Si certains de leurs dialogues lors de scènes romancées tombent dans le mélo, l'émotion qu'ils procurent à l'écran reste belle et forte. Frances O'connor (Mercy) campe quant à elle la mère de la famille, et Madison Wolfe (True Detective) incarne Janet, la petite fille hantée. Chaque acteur maitrise son rôle avec conviction. Les personnages sont relativement attachants et donnent aux spectateurs de bonnes scènes de frayeurs ou d'émotions. Pour ce qui est des démons : la nonne, le vieux et l'homme tordu sont absolument effrayants. La première est malsaine dans son look rappelant Marilyn Manson, le deuxième est classique mais efficace, et le troisième est sans doute mon préféré avec son design renversant (pour ma part) et sa mise en image avec ses gestes et articulations. Chaque démon fait peur, fait ressentir de l'effroi et est parfaitement bien mis en scène. De nombreuses séquences resteront marquées dans mon esprit. Dommage que la fin soit vite expédiée et de façon facile.

Cependant, The Conjuring 2 fait-il aussi peur que son prédécesseur ? Je ne pense pas. Si l'histoire est plus ambitieuse mais plus perfectible, et la mise en scène est renouvelée, le cauchemar que j'ai vécu il y a trois ans en salle n'a pas été le même. Peut-être à cause de la salle lors de la première heure ? Ou est-ce la surprise du premier film qui n'est plus la même ? J'opte pour la deuxième hypothèse car étant un grand amateur des films d'horreur, les tours deviennent vite connus et reconnus. De plus, la bande sonore de Joseph Bishara n'est plus aussi importante qu'elle l'était auparavant. Ici, elle est plus discrète et marque moins, n'aidant pas l'atmosphère du film à monter en tension. Si quelques scènes foutent vraiment la trouille grâce aux effets sonores et visuels, l'ensemble du long-métrage manque du ton glauque et malsain qu'avait la sorcière dans Les Dossiers Warren. Mais ai-je été déçu ? Absolument pas.

James Wan prouve encore une fois qu'il est le maitre du cinéma horrifique actuel, qu'il sait crée des ambiances et faire peur. The Conjuring 2 dépasse de loin les films d'épouvantes pour adolescents tel Unfriended ou encore The Gallows, et forme une séquelle réussie. J'ai vraiment hâte de retrouver Ed et Lorraine Warren dans leur prochaine affaire.
Et pour cela, merci Monsieur J. Wan.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3182 fois
36 apprécient · 1 n'apprécie pas

Conjuring 2 : Le Cas Enfield est une œuvre produite par Warner Bros©, découvrez la Room 237 de SensCritique.

Room 237

François_G_ a ajouté ce film à 15 listes Conjuring 2 : Le Cas Enfield

Autres actions de François_G_ Conjuring 2 : Le Cas Enfield