Journal de bord d'un homme acculé dans une salle de cinéma

Avis sur Conjuring 2 : Le Cas Enfield

Avatar Axel Courdy
Critique publiée par le

Ce qui va suivre est le récit d'un homme ayant survécu a une attaque gargantuesque de bêtises... Ceci, est son histoire.

"avant la séance" Je me rapproche un peu en avance de la salle, tout a l'air de bien se passer, on nous a fait rentrer un peu tôt car le générique n'était pas fini mais déjà, le drame commence. Derrière moi se trouvent des ados entrain de se parler comme des cassos et l'un d'eux menace de quitter la salle si il n'a pas sa place, je vois que je suis tomber dans un traquenard... mais j'arrive a prédire leur éventuels coups de pieds dans mon fauteuil en me sauvant quelques ranger plus hautes, j'ai pu échapper a leur dialecte mongoloïde et leur manque de respect total de leur entourage.

Cher Journal: le film n'a même pas commencer que tous les indigènes parle et hurle a la moindre bande annonce d'un film d'horreur mais bon, je garde espoir, le film commence.

"Rien ne pouvait nous ébranler a présent" Sous cette phrase de départ, la moitier des ados de la salle rigole comme des débiles a tel point que même d'autres ados on peur d'eux, j'ai peur moi aussi, peut être si je reste cacher...

Le film avance, pour le moment, on a eu la bonne idée d'accorder plus de personnalité aux Warren le tout dans une séquence d'ouverture très bien foutu avec un traitement intéressant des fantômes. Soudain, planquer derrière me servant de cachette afin d'échapper aux sauvages, "toutes" leur femelles se mettent a hurler pour bien peu de choses mais le film est fourbe, il tente de me faire croire que l'histoire est réelle alors qu'elle parle de fantômes, j'ai toujours était sceptique face aux "témoignages" mais son piège sournois pour me faire repérer par mes poursuivants, je ne ris point.

MALÉDICTION!!! Ces sauvages ont des téléphones portables et en profite pour s'éclairer, me retrouver et me faire la peau. Je les croyais pas autant avancer, quel monde! Heureusement, ils avait des SMS qu'ils ont répondu au calme pendant que j'étais entrain de chopper un petit chaud/froid me faisant doucement éternuer... Malgré tout, le film se poursuivit en jonglant entre très bonne idée de mises en scène et utilisation de "screamers" intelligente doublé d'acteurs convaincants.

En plus d'être doté de technologie avancé, ces étranges personnages sont aussi doté de technique de chasse distinguées, en effet, ils possèdent des sortes de poches colorés dont le bruit rend l'écoute et l'attention du film difficile et veulent m’appâter avec de délicieuse sucreries, une chance que j'avais mon bon vieux Magnum sur moi. Grace a ce dernier que j'avais ingurgiter peu de temps avant le film, j'ai pu profité de technique de mise en scène remarquable, comme un fantôme animé frame par frame, comme le vieu système d'animation qui tourne appartenant a ses pauvres enfants victimes d'un horrible vieux monsieur qui n'a pas l'air de vouloir passer a la retraite et dont une des séquences d'interview étaient très bien foutu( a noter que les ados ont était pris de crises de paniques et poussaient des cris semblable a des "nnononononononon!!!!" ou des HOHO...OHOHOOH...OH G PEUR..." à une scène très stressante avec un tableau qui représente bien toute la mise en scène plutôt sadique du réalisateur).

GRAND DIEUX! Je crois qu'ils se rapprochent de moi, plus le film avance vers sa fin dont je trouve que les enjeux se résous un peu trop facilement a mon goût, les clichés de retour des Warren à
Enfield filent a toutes berzingue, ça rend mes poursuivant complètement fou, hurlant, se cachant, provoquant chez eux des cris frénétiques. Malgré tout, de nouvelles idées de mises en scènes arrivent pour les calmés....

Le générique arrive enfin, ils ont l'air de me laisser partir malgré qu'il m'a sembler voir un des derniers restant me pointant du doigt en hurlant comme un forcené. Malgré tout, j'ai pu m'échapper et je crois bien qu'a la vue des témoignages sur internet, nous sommes entrain de subir une horrible invasion, l'invasion des profanateurs de cinéma d'horreur, quel spectacle atroce, malgré tout, le film fût bien plaisant, bien qu'a des moments pas très inspiré, il le fût suffisamment pour me rappeler l'amertume que j'avais eu en matant le premier épisode dont cet épisode 2 montre qu'entre de bonnes mains, il y a moyen qu'elle devient une saga d'horreur culte. Ce fût une expérience horrible, mes talents de survie en cinéma de niveau 30 et mon mental d'acier m'a permis de me sortir de cette situation des plus désavantageuse.

Conjuring 2 est donc un bon film, finalement. Par contre, j'aimerais bien voir le film dans le noir quand il sortira, il a l'air bien.

PS: "Dans le noir" était sympa sans casser 3 pattes à un canard.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 504 fois
11 apprécient · 4 n'apprécient pas

Conjuring 2 : Le Cas Enfield est une œuvre produite par Warner Bros©, découvrez la Room 237 de SensCritique.

Room 237

Autres actions de Axel Courdy Conjuring 2 : Le Cas Enfield