Le meilleur des 3...

Avis sur Conjuring : Sous l'emprise du diable

Avatar Pedrof
Critique publiée par le

Conjuring 3 partage les défauts des précédents Conjuring, tout en trouvant un souffle nouveau grâce à son antagoniste humain, une première dans la série.

Je n'ai jamais compris les éloges autour des deux premiers épisodes, ni celui autour de James Wan. Les Conjuring sont pour moi des films d'horreur "impuissants", car je n'arrive pas à les prendre au sérieux. La raison est assez simple. A chaque fois dans ces histoires les démons déploient des pouvoirs si incroyables qu'il est incompréhensible qu'ils ne gagnent pas de suite contre les héros.

On en a un exemple au début de ce troisième. Le gamin, David, est capable de griffer les murs par télépathie, de telle sorte que les murs portent d'énormes balafres comme si une énorme panthère (démoniaque) s'était acharnée dessus. Partant de là, pourquoi David n'utilise pas cette compétence pour éventrer tous les humains autour ? Comment diable réussissent-ils à le contenir ?

C'est un exemple très concret, mais on pourrait parler des esprits des premiers Conjuring qui étaient omniscients et capables de faire apparaître n'importe quoi n'importe quand à la vue de n'importe qui. Face à une telle démonstration de force, le fait que les gentils aient non seulement la moindre chance mais en plus gagnent, au final, relève de l'arbitraire le plus complet.

Le Conjuring 3 échoue à installer une gradation dans l'horreur. Comment avoir peur de remous suspects dans un lit à eau, quand on a assisté en préambule au déchaînement que j'évoquais plus haut avec les griffures sur les murs ?

Si je compare avec le premier Paranormal Activity, il y avait un réel crescendo dans l'épouvante, si bien que l'on se demandait avec effroi jusqu'où ça allait aller. Le démon n'était d'ailleurs pas que méchant ; il semblait particulièrement pervers, à vouloir rendre dingue la famille qu'il tourmentait, et avait un dessein secret (là où les "motivations" des démons dans Conjuring se résument à vouloir tuer tout le monde, et sans y arriver malgré leurs pouvoirs qui semblent infinis). Avec les Conjuring, on sait qu'on aura droit à une puissance infinie de la part des forces démoniaques donc c'est un peu blasant, il y a un vrai plafond au suspens.

Je ne boude cependant pas mon plaisir. J'ai un vrai goût pour les histoires d'horreur et d'épouvante et je mentirais si je disais avoir passé un mauvais moment. Ce troisième volet pimente la sauce avec pour la première fois un ennemi humain. On est donc aussi surpris que les Warren quand ils réalisent cela, et on partage ensuite leur enquête pour tenter de trouver le responsable et le stopper. Cette dimension humaine pallie un petit peu l'arbitraire des affrontements fantastiques : un humain existe physiquement, on peut découvrir son identité, où il se cache, etc. Cela booste à mon sens ce troisième volet.

Sinon, je suis quand même très gêné par le rapprochement du film (prétendument inspiré de faits réels) avec une vraie affaire de meurtre, avec un accusé ayant plaidé la possession démoniaque et écopé au final d'une peine mineure (5 ans de prison). Qu'on soit bien clair, j'adore les histoires de possession et de démons mais je ne crois pas un seul instant que cela existe dans la réalité. Le film prend totalement le parti de dire que ce type ayant assassiné son patron, et bien il était vraiment possédé et on doit donc grave se féliciter qu'il ait bénéficié d'une réduction de peine. Euh, non ? Parce que je ne crois pas du tout qu'il ait vraiment été possédé, en fait ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 198 fois
2 apprécient

Autres actions de Pedrof Conjuring : Sous l'emprise du diable