Des baffes et des claquettes

Avis sur Cotton Club

Avatar -Marc-
Critique publiée par le

Entre prohibition et syndicat du crime, entre émancipation et grande dépression, le Cotton Club est le haut lieu des nuits new yorkaise. Tout ce que l'Amérique compte de célébrités et d'hommes politiques vient s'encanailler et s'étourdir autour des meilleures revues et musiques noires. Seuls les noirs n'y ont pas accès, sauf sur scène.

Comme prétexte, Francis Ford Coppola nous raconte les destins (fictifs) croisés d'un trompettiste blanc et d'un danseur noir sur fond de Jazz, de claquettes et de règlements de comptes.
Avec ce film choral, Coppola rend bien l'ambiance festive d'un ilot d'illusions au milieu d'une Amérique qui va mal, mais il se disperse et les nombreuses intrigues perdent leur force sans que le Jazz qui devrait être le personnage principal de ce cabaret y gagne.
Ce n'est pas en nous montrant brièvement des individus lourdement maquillés sur lesquels on a collé des noms célèbres qu'on rattrape les insuffisances musicales. Par contre, nous sommes servis en matière de claquettes.

Cependant, une scène d'exécution sur fond de spectacle musical annonce déjà les fameuses scènes de "vêpres siciliennes" qui vont clore le parrain 1 et 3. Les règlements de compte croisés sur fond de Cavalleria rusticana du Parrain 3 seront l'aboutissement d'essais qui commencent dans Cotton Club.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 467 fois
11 apprécient

-Marc- a ajouté ce film à 2 listes Cotton Club

Autres actions de -Marc- Cotton Club