Un tanker nommé désir

Avis sur Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton...

Avatar Florent Bizouarn
Critique publiée par le

Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole, Norbert Terry, comédie érotique, 1975.)

Quand l'amour, la satyre sociale, et les grands enjeux du monde contemporains s'entremêlent, il faut faire attention à cette tentative d'union à plusieurs. Il faut reconnaître que pour le coup « Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole » se prend un peu les pieds dans le pipe-line.

Philippe Quentin ( **François Gabriel** ) est un dessinateur de mode en grande détresse professionnelle. Son affaire ne fonctionne pas, et les ennuis s'accumulent. L'ombre du percepteur plane autour de lui. Sa vie personnelle n'est pas dans un meilleur état. Il vit une histoire qui s'éteint petit à petit avec Géraldine ( **Evelyne Scott** ) qu'il avait surtout pris pour son physique avantageux, que nous avons l'insigne honneur de découvrir à divers moments des 67 minutes de ce métrage. Elle tente, aussi, de sauver leur foyer du libre-échange, en se rendant dans un sexshop pour se « déguiser en pute » et faire le tapin près des bois. Tournoyant du sac à main, elle longe le trottoir et se fait enlever par une bande de motards sado-masochistes, qui finissent par s'entre-tuer dans une bagarre inoubliable afin de déterminer qui aura l'insigne honneur de la violer (et oui, chez les loubards sado-maso, le Metoo, n'est pas une raison valable pour finir au mitard). Le point de non-retour est atteint dans le couple, ils se séparent tragiquement. Notre pauvre Philippe Quentin à besoin de prendre l'air et de se ressourcer auprès du milieu contestataire. Ainsi, il se fait arrêter lors d'un meeting sauvage du MLE (mouvement de libération des enfants) et rencontre une jeune femme noire, Salima ( **Laure Moutoussamy** ), venue de l'Orient. Pour lui, c'est le coup de foudre. Rattrapé par ses problèmes avec le fisc, il écope de 2 ans de prison pour 1000 francs (150€) d'impôts impayés. Sévère. Alors, la France à peur ! L'incarcération de Philippe devient un drame national ! La petite histoire rencontre la grande : Salima, amoureuse du détenu est la fille du roi de Saba ! Ce roi musulman n'est autre que le premier fournisseur pétrolier de la France, et apprenant les amours empêchés de sa fille arrête toute livraison de pétrole dans l'hexagone, jusqu'à résolution du conflit.

Dans cette histoire amoureuse, se glissent çà et là quelques seins nus, quelques sexes typés de ces années, quelques ébats en couples ou à plusieurs. Se développe aussi tout un discours un peu anarchiste, qui remet en question l'organisation de la société, la rigidité de l'Etat, la veulerie du monde de l'entreprise, le mépris pour les créateurs. Finalement, dans tout ça, ce qui semble invraisemblable, c'est le sujet : coller un film érotique sur la crise pétrolière. Ca peut paraître improbable et incongru, pourtant ce n'est pas la seule comédie ou comédie-érotique tournée en rapport avec le sujet ( * « Pétrole ! Pétrole ! » * Avec **Blier, Marielle, et Guybet** , 1981 ou encore * « l'Emir préfère les blondes » * avec **Roger Carel** , comédie coquine de 1983). Ces films, mis bout à bout montrent que les deux chocs pétroliers ont vraiment eu un impact dans la société française, que l'on a aussi pris conscience que le monde ne tourne pas uniquement autour de l'Europe, mais qu'il y a des liens d'interdépendances qui se créent se renforcent, ici avec les pays producteurs de pétrole.

Globalement, ce n'est pas un film très intéressant, on ne peut pas le cacher, mais il a au moins le mérite d'être assez curieux. Ca paraîtrait impensable de voir ce genre de films produits aujourd'hui ou alors dans la catégorie des films pornographiques avec ce titre d'une finesse inégalée. C'est aussi le marqueur d'une époque : les années 70 sont celles de la libération sexuelle, et d'un accès facilités à la pornographie. C'est la décennie d*'Emmanuelle* (1974) et d'*histoire d'O* (1975), mais c'est aussi la décennie de réalisateurs qui jouent sur les deux tableaux ( **Guy Pérol, Just Jaeckin, Alain Payet, Norbert Terry, Serge Korber et Max Pecas** (dans une moindre mesure) Et d'autres encore). Ils produisent, réalisent des films tous publics et se lancent dans l'aventure du film érotique, parce que c'est facile, pas cher et rentable. Parfois, ils sont capables de mêler les deux : l'érotisme et une histoire, pas exceptionnelle, mais qui, admettons, peut tenir la route. On est encore très loin des années 90, et du gonzo d'**HPG**. Notons aussi, l'apport du réalisateur, **Norbert Terry**, qui en tant que distributeur à contribué énormément à l'entrée du cinéma pornographique homosexuel en France, dans un pays encore très réfractaire à l'époque (En revanche, j'ignore s'il y a possibilité de médaille ou non pour ce fait d'arme.) Bref, pour tout ça *" Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétole"* vaut entre 2 et 3. Rien que pour le titre ça vaut le détour.

Aujourd'hui, chez Stork en stock, nous n'y coupons pas. Nous aussi, on aime l'amour, seul à deux à plusieurs, avec des amis imaginaires ou Paul Préboist et Philippe Risoli. Ainsi, il est de mon devoir de vous expliquer en 3 points pourquoi « Couche-moi dans le sable... » est le film parfait pour la Saint-Valentin.

1- C'est le film parfait pour pimenter et terminer votre soirée en amoureux. Ces corps dénudés ne peuvent que vous émoustiller.

2- Parce que c'est un magnifique cadeau à offrir à votre aimé(e). Certes, un DVD ce n'est pas cher, mais ce n'est pas la valeur marchande qui fait sa valeur sentimentale. Surtout, c'est la probabilité que vous le trouviez en DVD qui ferait sa valeur : ce qui est rare est cher. Il est introuvable, c'est vous dire s'il est inestimable !

3-Parce que dans ce film il y a Philippe Castelli (vous le connaissez tous, il taille le costume de Lino Ventura dans « Les tontons flingueurs »), il joue un croque-mort à la retraite qui passe ses journées dans une simulation du repos éternel. Son rôle est capital. Mais plus qu'un acteur, c'est aussi un interprète, un crooner ! En 81, il chantait Zim Boum, chanson nuptiale aux accents de bal à Mimil par excellence ! (Soyez curieux : https://youtu.be/3vT8WdRc-OQ )

Signé Sarrus « Love » Jr.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 521 fois
1 apprécie

Autres actions de Florent Bizouarn Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole