Affiche Crépuscule à Tokyo

Critiques de Crépuscule à Tokyo

Film de (1957)

♪♫ Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir ♪♫

Dernière oeuvre en noir et blanc d'Ozu, Crépuscule à Tokyo nous fait suivre le destin de deux sœurs, confrontées à divers malheurs et devant faire face à une révélation qui bouleversera encore plus leurs vies... Alors au crépuscule de sa carrière, Ozu, qui tourne des films depuis 30 ans et qui n'en fera plus que six par la suite, propose avec Crépuscule à Tokyo une... Lire la critique de Crépuscule à Tokyo

22
Avatar Docteur_Jivago
8
Docteur_Jivago ·

Critique de Crépuscule à Tokyo par Teklow13

Sans perdre la pudeur et la délicatesse qui fondent son cinéma, Crépuscule à Tokyo se démarque un peu de ses autres films. C'est son film le plus sombre et le plus mélodramatique que j'ai vu jusqu'à présent. Il y poursuit ses réflexions sur les relations parents/enfants, le rôle du père, l'absence de la mère, les conflits intergénérationnels, avec une tonalité beaucoup plus grave. Il ne faut... Lire la critique de Crépuscule à Tokyo

11
Avatar Teklow13
9
Teklow13 ·

Lumière aveugle

Avec Crépuscule à Tokyo, on reconnaît explicitement la marque Ozu, c’est indéniable. Plans filmés à hauteur de tatami, couloirs étroits, une caméra non mouvante, ce qui n’empêche nullement une composition visuellement splendide et un champ d’action induit par une énergie situationnelle. Toujours cette façon unique de savoir se retirer pour imprimer la dilatation du temps par des actions de... Lire la critique de Crépuscule à Tokyo

6
Avatar Philippe Quevillart
8
Philippe Quevillart ·

Critique de Crépuscule à Tokyo par IllitchD

Crépuscule à Tokyo outre qu’il soit un chef d’œuvre dont on ne se lasse pas, ferait répéter ce qui pourrait s’apparenter à une rengaine vis-à-vis de la filmographie d’Ozu : « une œuvre marquante ». Oui, ces quelques mots deviennent une rengaine en ce qui le concerne, lui et ses œuvres, tant son cinéma nous touche, nous saisit au plus profond de nous-même. Un maître. Et Crépuscule à Tokyo est... Lire l'avis à propos de Crépuscule à Tokyo

6 1
Avatar IllitchD
8
IllitchD ·

Exercice de Zen ?

A partir d'une histoire simple (une femme qui quitte mari et enfants, une jeune fille engrossée et abandonnée par son petit ami), Ozu nous embarque pour 2h20 de promenade à travers un Japon qui hésite entre tradition et modernité. Le rythme est lent, les personnages font preuve de beaucoup de retenue, mais la beauté des images (en noir et blanc) et la poésie qu'elles dégagent sont presque... Lire la critique de Crépuscule à Tokyo

Avatar Mara Des Bois
8
Mara Des Bois ·

Critique de Crépuscule à Tokyo par anthonyplu

Pendant presque 2 heures, on retrouve avec complicité le monde, l'univers et les personnages de ce bon vieux Ozu. Alors, comme les héros de ses films qui se croisent dans les bars, on retrouve des visages familiers qui nous racontent toujours la même histoire. Mais c'est ça qui est très bien, on se sent bien. Mais le film ne dure pas 2 heures, il reste 20 minutes et ses minutes sont assez... Lire l'avis à propos de Crépuscule à Tokyo

Avatar anthonyplu
8
anthonyplu ·

Critique de Crépuscule à Tokyo par renardquif

-quelle régularité, quelle excellence! je crois que je n'ai pas encore vu un seul mauvais (ou juste moyen) film d'Ozu pour l'instant... + Le saviez-vous ? Ozu fut le cinéaste préféré de Mizoguchi. Lire la critique de Crépuscule à Tokyo

7
Avatar renardquif
9
renardquif ·

Critique de Crépuscule à Tokyo par Yasujirô Rilke

Film terrible. Baigné dans une musique éparse et joyeuse, presque issue de chez Tati, ce film aux accents narusesques compte l'amertume, le désarroi, la tragédie profonde d'une jeunesse déracinée. Plus radical que n'importe quel Oshima. Lire l'avis à propos de Crépuscule à Tokyo

2
Avatar Yasujirô Rilke
7
Yasujirô Rilke ·

Critique de Crépuscule à Tokyo par Omia_Zhang

Petite : à la recherche de son copain/argent - forcer pour la réponse - retrouve sa mère/confusion de sa naissance/baby - décision après la question sur mère-enfant - révélation après l'accident => confus de la société Grande : retour chez père - cherche marie pour sa soeur - retrouve sa mère/avertissement - mort de sa soeur - décision de retourner chez marie => récul pour s'adapter la... Lire l'avis à propos de Crépuscule à Tokyo

Avatar Omia_Zhang
10
Omia_Zhang ·