Big McConaughey

Avis sur Dallas Buyers Club

Avatar Bondmax
Critique publiée par le

50ème critique aujourd'hui, ça aurait été super classe que ça soit sur 50 shades of Grey, mais bon comme je suis pas une ménagère de 50 ans, ça ne sera pas le cas. Bon maintenant que j'ai placé, 3 fois le chiffre 50 (4 même ), on peut entré dans le vif du sujet.
Dallas Buyers Club est un film qui me faisait de l'oeil depuis pas mal de temps, et j'étais très impatient de le voir. Non pas à cause de son réalisateur, le québecois Jean-Marc Vallée, dont je n'avais jamais entendu parler, mais à cause de Matthew McConaughey, qui est certainement l'acteur le plus intéressant de ces 3 dernières années, et de son personnage de Ron Woodroof, ce cowboy homophobe atteint du sida.
On retrouve donc Matthew dans ce genre de rôle qui lui va comme un gant, celui du redneck du fin fond du Texas cette fois-ci( pour succéder au Missouri de Mud). Et autant le dire tout de suite, le gros point fort de ce film, c'est Ron Woodroof, ce cowboy au premier abord méprisant, mais qui au fur et à mesure se trouve être un personnage touchant, dans sa quête pour un remède à cette épée de Damoclès qui lui plane au-dessus de la tête. Ce personnage qui représente parfaitement la mentalité de ces gens du sud des USA, mais qui contrairement à eux va évoluer, en acceptant sa maladie, en se liant d'amitié avec un travelo du nom de Rayon ( campé par un excellent Jared Leto dont je parlerais un peu plus tard), et surtout en aidant ses compatriotes de galère.En plus d'une grosse performance physique ( perte d'une vingtaine de kilos), Matthew arrive à rendre ce personnage humain, chose que l'on pensait difficile au début, tellement ce Ron était un personnage superficiel. Grosse performance donc de Mr McConaughey, qui le place en bonne position pour l'oscar.
Mais McConaughey n'est pas le seul à s'illustré dans ce film, Jared Leto qui campe le personnage de l'excentrique transgenre Rayon. Jared Leto que je connaissais surtout de son groupe de musique et de son premier rôle dans Requiem for a dream, montre qu'il est également un acteur de grand talent. Là aussi grosse performance physique de la part de Jared, qui est quasi méconnaissable et qui à certain moment n'est pas très beau à voir. Mais son personnage de Rayon, l'acolyte de Ron dans son commerce de drogue est une grande réussite. Particulièrement touchant, on est très vite atteint d'empathie à son égard.
Jennifer Garner campe le rôle du Dr Sakes, bon je suis pas particulièrement fan de l'actrice, mais il faut dire qu'à côté des deux rôles masculins, son rôle est plutôt anecdotique. Un petit peu dommage de ne pas l'avoir un peu plus développé . Pour complèter le casting, on retrouve les acteurs cantonné au rôle de Redneck comme Kevin Rankin déjà vu dans Justified ou JD Evermore vu récemment dans 12 years a Slave.

Les personnages sont donc le gros plus de ce film. Pour ce qui est de la réalisation, elle est soigné, même si elle ne fait pas preuve de grande originalité. Le film nous propose pourtant des passages très émouvants, sans faire dans le larmoyant, avec une musique très bien utilisé sans être la non plus particulièrement marquante. Vallée nous offre donc un bon film traitant d'une époque où le sida était encore relativement peu connu, comme le montre les divers préjugés, et qui nous montre la lutte de ces victimes contre les grandes corporations cherchant le profit avant les résultats. Mais ce qu'on retiendra surtout, c'est les performances impressionnantes de ses deux interprétés masculins qui sont loin d'avoir volé leur Golden Globes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 728 fois
34 apprécient · 2 n'apprécient pas

Bondmax a ajouté ce film à 3 listes Dallas Buyers Club

Autres actions de Bondmax Dallas Buyers Club