👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Christophe Honoré est ce qu'on appelle un auteur total dans le cinéma français. Un réalisateur qui fait table rase des conventions narratives pour proposer des œuvres radicales, très insaisissables. "Dans Paris" ne fait pas exception. On suit le "parcours" de Paul, en couple puis séparé, qui fait face suite à sa séparation à une dépression. Le film passe de scènes classiques à des scènes plus imagées, plus figurées. Comme cette scène magnifique de chant entre Paul et son ex via téléphone interposés. Magnifique, belle, touchante, sincère, cette scène mérite à elle seule de supporter l'heure et quart précédant celle-ci.

Je parle bien supporter, car Honoré se perd dans des circonvolutions exagérées, qui prend l'énorme risque de totalement perdre son spectateur. Le montage de son film dans le premier quart d'heure parait à ce titre totalement anarchique, mais Honoré n'applique au final qu'un adage de cinéma: allier forme et fond. Si le montage est anarchique, cela s'explique par l'anarchie affective que subit Paul et sa compagne. Cette anarchie disparait dès lors que l'on se retrouve à Paris, chez le père de Paul où il s'est réfugié pour subir sa dépression. Dès lors, le film se pose, prend des longueurs indéfinies. Le montage devient à ce sens dépressif quand il suit Paul, mais devient plus enjoué et anarchique quand il suit le parcours de son frère, de quartier en quartier, de rendez-vous en rendez-vous.

Fascinant en œuvre totale, Honoré n'arrive pourtant pas à retenir l'attention. Il perd son fil conducteur, n'arrive pas à cerner son propos si il y en a un, n'arrive pas à faire ressortir des moments (à part la scène du téléphone citée plus haut). Il fait suivre à son film un parcours tellement difficile à cerner que l'on en perd l'envie de suivre les péripéties ou les non-péripéties de ses personnages. On devient dépressif avec Paul, mais on ne vit pas intensément avec Jonathan (le frère de Paul). C'est une expérience émotionnelle bâtarde auquel nous convie Christophe Honoré, mais c'est sa marque de fabrique. On est bien face à un film d'Honoré.
Yellocrock
5
Écrit par

il y a 8 ans

10 j'aime

Dans Paris
Yellocrock
5
Dans Paris

Une poétique dépréssion.

Christophe Honoré est ce qu'on appelle un auteur total dans le cinéma français. Un réalisateur qui fait table rase des conventions narratives pour proposer des œuvres radicales, très insaisissables...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

Dans Paris
pbdh
2
Dans Paris

Critique de Dans Paris par pbdh

J'aimerais surtout savoir pourquoi les gens aiment en fait... j'ai dû rater un truc, passer à côté de l'étincelle de génie dégagée par ce film ou quelque chose comme ça. Je me suis juste ennuyée...

Lire la critique

il y a 12 ans

9 j'aime

2

Dans Paris
Fritz_Langueur
9
Dans Paris

Original et cabotin

« Dans Paris » est un film bien ancré dans notre époque qui ne néglige pas pour autant le regard sur un passé perdu dont la modernité frappe encore… Dans son troisième film, Christophe Honoré nous...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

Glory
Yellocrock
6
Glory

Oscars, mon amour.

Non, je ne réduis pas ce film à un film à Oscars, je ne suis pas non plus un gars sans cœur ni âme. Le sujet qu'il aborde est important, mais je trouve qu'il l'aborde mal. 24 ans avant 12 years a...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

Les Nouvelles Aventures d'Aladin
Yellocrock
1

La chute libre du cinéma français.

Vous pensiez avoir vu des films de merde ? Oh mon dieu, vous ne savez pas ce que vous dites. Tant que vous n'avez pas vu cet étron intergalactique, vous ne pouvez pas imaginer ce que le cinéma...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

3

Jupiter : Le Destin de l'univers
Yellocrock
9

Folie visuelle.

Andy et Lana sont dans un studio. Ils ont une idée, ils veulent faire un film de SF nouveau. Mais après Matrix, après Speed Racer et après Cloud Atlas, peuvent-ils faire quelque chose d'encore...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime